PARTAGER

Après plusieurs années d’agonie, la cathédrale de Saint-Louis, qui a fait l’objet d’une réhabilitation pendant deux ans dans le cadre du Programme de développement touristique (Pdt), a fini de faire peau neuve. L’édifice qui attend d’être inauguré est devenu plus gai et plus reluisant au grand bonheur de la communauté chrétienne.

L’attente a été longue pour les fidèles chrétiens, mais elle en valait bien la peine. Le vieux bâtiment, qui servait de principal lieu de prière aux chrétiens de l’ancienne capitale du Sénégal, inauguré en 1828 et qui croulait sous le poids de l’âge, a laissé place à une bâtisse neuve que les Saint-louisiens contemplent à présent fièrement. Pour en arriver à ce résultat, il a fallu du temps. Pendant plusieurs décennies, les autorités religieuses de la chrétienté, mais aussi de bonnes volontés, n’ont cessé d’alerter sur la nécessité de la réhabiliter au risque de la voir s’écrouler un jour. Le salut est venu du Programme de développement touristique (Pdt) d’un coût de plus de 17 milliards de francs Cfa, cofinancé par l’Etat du Sénégal et l’Agence française de développement (Afd) et logé à l’Agence pour la promotion des investissements et des grands travaux (Apix-Sa).
C’est en effet grâce à ce programme qu’un financement de plus d’un milliard de francs a pu être dégagé pour réhabiliter la cathédrale. Le chantier  qui a duré deux ans, avait été confié à l’Entreprise Eiffage Sénégal, sous la supervision de l’Apix. S’expliquant sur les détails de ce projet, Ibrahima Diagne, le chef de projet du Programme de développement touristique de Saint-Louis et de sa région (Pdt/Sl) au sein de l’Apix, a fait comprendre qu’il s’était agi tout d’abord, pour l’entreprise en charge des travaux, de sécuriser la structure du bâtiment pour pallier les remontées capillaires qui causent une humidité persistante et nocive pour les murs porteurs, avant d’utiliser pour la réhabilitation, une combinaison de matériaux anciens et nouveaux.  Pour régler d’humidité due à la proximité du fleuve et de la mer, une technologie importée, fonctionnant par électromagnétisme, pour abaisser le taux d’humidité au niveau de l’édifice à plus de 80%, a été également utilisée, a expliqué Ibrahima Diagne. En outre, l’intérieur a aussi complètement changé de visage, l’étanchéité du plancher haut entièrement refait et les supports corrodés des vitraux remplacés. Le réseau électrique et la sonorisation ont également été remplacés et la cloche remise en état.
Plus veille Cathédrale  de l’Afrique de l’Ouest, le lieu de prière de l’île de Saint-Louis a été construit entre février 1827 et novembre 1828 grâce à l’entregent de Anne  Marie Javouhey, qui avait demandé et obtenu du gouvernement colonial la construction d’une église, avec un appui conséquent du Baron Roger. Ses travaux de réhabilitation ont été lancés le 5 février 2018 par les Présidents Emmanuel Macron et Macky Sall lors d’une visite officielle du Président français au Sénégal. La réhabilitation de ce bâtiment, implanté au cœur de l’île de Saint-Louis, classé patrimoine historique mondial de l’Unesco, et visité chaque année par de nombreux touristes et fidèles, lui confère une valeur historique encore plus grande à côté de sa fonction religieuse.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here