PARTAGER

Le Maouloudou Nabi a été célébré dans la ferveur à Saint-Louis à l’image des autres cités religieuses de notre pays. Ici c’est l’imam Mouhamed Abdallah Cissé de la Mosquée Ihsaan qui a attiré toutes les attentions. Dans sa traditionnelle conférence de presse organisée au lendemain de chaque Gamou pour partager sur les points saillants de son intervention de la veille, le fils de Serigne Madior Cissé a fait savoir que le rétablissement de la peine de mort n’est pas le meilleur moyen de lutter contre les tueries récurrentes constatées ces derniers temps dans notre pays. Il propose à la place des assises nationales pour décider d’une sanction exemplaire.
Selon l’imam Cissé la tuerie a de tout temps existé même durant le temps du Prophète Mouhamed (Psl). «Cela fait partie de la normalité de la vie qu’il y ait des agresseurs, des voleurs et des tueurs mais il y a également toujours eu des lois établies pour réprimer ces genres de faits», fait-il savoir. Con­trairement à beaucoup de ses collègues qui pensent qu’il faut à tout prix restaurer la peine de mort il soutient que ce n’est pas la meilleure solution.
Pour résoudre ce phénomène devenu inquiétant au Sénégal, il propose en lieu et place qu’on organise un «Ijmakh» qui con­siste à convoquer des assises auxquelles prendront part les juristes, les imams, les psychologues et autres experts afin de dégager une «Fatwa» permettant de sanctionner les meurtriers et assassinats. «A notre humble avis  aujourd’hui initier une peine de mort serait synonyme de rétrogradation», a expliqué l’imam qui a fait savoir que le Prophète Mouhamed lui-même n’a utilisé la loi du talion que cinq ou six fois. D’ailleurs ajoute-t-il, pour régler ces problèmes de société le Prophète et son entourage usaient de l’’éducation et de la sensibilisation pour remettre les déviants sur le droit chemin.
La loi du talion a, selon lui, été utilisé dans des situations exceptionnelles, même si dans le Coran il est formellement indiqué qu’il faut tuer ceux qui tuent. Aujourd’hui, a indiqué l’imam, il est très difficile d’établir avec exactitude sans se tromper qu’il est avéré que ceux qui ont tué en sont les véritables auteurs. Pour Mouhamed Abdallah Cissé, il est évident que la société doit combattre les meurtres et assassinats qui sont monnaie courante, mais il faut pour arriver à cette fin, user de la raison. Car il faut surtout que nous évitions en voulant réprimer, de nous entretuer continuellement.
L’imam de la mosquée Ihsaan a également invité ceux qui alimentent le débat sur la peine de mort à s’informer où à se doter de suffisamment de connaissances en la matière, avant de donner des avis qui pourraient alimenter la confusion.
Mouhamed Abdallah Cissé n’a pas manqué d’inviter sur la même lancée les musulmans à se recadrer par rapport à la Souna du Prophète et à ses enseignements mais aussi par rapport aux droits fondamentaux de tout musulman que sont : le droit du salut islamique, celui de ne pas causer du tort à son prochain et celui d’éviter de médire sur son prochain qui sont des droits élémentaires mais bafoués aujour­d’hui par méconnaissance par de nombreux musulmans qui doivent, à son avis, se cultiver davantage.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here