PARTAGER

L’opposition locale de Saint-Louis a également manifesté hier. Fortement mobilisés, mais encadrés par la police, les partisans de Manko taxawu Ndar a marché sous la chaleur en début d’après-midi, de l’avenue Mous­tapha Malick Gaye à la Place Abdoulaye Wade, en passant par l’avenue Général De Gaulle et le marché de Sor. Dans une parfaite discipline, la procession s’est déplacée au rythme de slogans, vilipendant «la mauvaise gestion» du pays par le régime de Macky Sall qui, selon eux, est «désavoué de jour en jour par le Peuple». La grande mobilisation des militants en est une «parfaite illustration», de l’avis du coordonnateur de Manko taxawu Ndar. «Saint-Louis a suffisamment subi. Depuis l’arrivée de Macky Sall au pouvoir, ce sont toujours des promesses sans lendemain. La pêche qui est le moteur de l’économie de la ville est dans une zone trouble et l’Etat ne fait rien pour  soulager les acteurs. Des milliers de braves hommes ont été rapatriés de la Mauritanie sans aucune assistance. Et comble de malheur, la mer a détruit leurs maisons. Au lieu de les aider humainement, on les parque dans des endroits qui n’ont ni eau courante ni électricité», constate Dr Abdoulaye Ndoye. Toutes choses qui font qu’il appelle les populations de la Langue de Barbarie à ne pas voter la liste de Benno bokk yaakaar.
Mamadou Diop, représentant d’Aj/Pads, a fustigé les «lenteurs» notées dans la distribution des cartes d’identité et d’électeur. «La situation est nationale parce que le pouvoir a peur. Ce sont les deux millions et quelques nouveaux inscrits qui les traumatisent ; raison pour laquelle ils font de la rétention pour frauder. Mais l’opposition ne se laissera pas faire. Elle les forcera à distribuer les cartes et à multiplier les commissions à Saint-Louis», a-t-il averti. L’opposition a également exigé la libération de Khalifa Sall et Cie qui ne sont que des «détenus politiques». «S’il (Khalifa Sall) n’avait pas d’ambition pour les Législatives ou la Présidentielle de 2019, il ne serait jamais inquiété. Par conséquent, il doit être libéré et tout démocrate du pays, de quelque bord qu’il soit, doit se lever pour combattre cette injustice», ajoute le député Alioune Abatalib Guèye.
L’opposition saint-louisienne qui a vu ses demandes de marche refusées à deux reprises a crié victoire, car elle avait déclaré la semaine dernière sa décision de marcher ce vendredi avec ou sans autorisation du préfet. Finalement, la marche s’est déroulée au même moment que celle de Dakar.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here