PARTAGER

La question du balisage et du dragage de la brèche à Saint-Louis, longtemps agitée par les pêcheurs de Guet-Ndar, sera bientôt un vieux souvenir. Le gouvernement a mis sur la table 5 milliards pour la réalisation des travaux. Le projet, qui sera étalé sur une période de cinq mois, a été présenté aux populations.

Ce sera bientôt un mauvais souvenir. La brèche, qui attise la colère des pêcheurs de Saint-Louis depuis plusieurs années, sera bientôt protégée à travers un balisage et le dragage. Ce sont les conclusions issues du Comité régional de développement (Crd), organisé dans la vieille ville. Les ministres de la Pêche Oumar Guèye et de l’Hydraulique et de l’assainissement, Mansour Faye, par ailleurs maire de Saint-Louis, ont tenu avant à solder leurs comptes avec le régime qui l’avait creusé pour régler le problème des inondations. «Cette brèche avait été ouverte en 2003 pour régler des problèmes d’inondation, mais au plan technique les ingénieurs et techniciens avaient demandé aux gouvernement de l’époque de ne pas le faire, car il y aurait des conséquences catastrophiques. Cela n’a pas tardé dans la mesure où, de trois à quatre mètres en 2003, cette brèche est passée à sept ou dix mètres et a occasionné plusieurs dizaines de morts. 378, selon le décompte des services compétents», explique M. Guèye avant de passer à l’essentiel. L’essentiel est de trouver les moyens de régler l’avancée de la brèche. «Depuis quelques années, le gouvernement, sur instruction du Président Macky Sall, s’est évertué à trouver des solutions. Ces dernières sont maintenant circonscrites et passent par trois phases, à savoir une phase d’urgence, une à court, une à moyen terme et une à long terme. La phase d’urgence consiste à réaliser le dragage et le balisage de la brèche.» A l’issue de ces travaux, la brèche aura une profondeur de 5 m, une largeur de 200 m et un balisage lumineux. «Cela servira de lieu de passage aux pirogues qui pourront l’emprunter de manière sûre et éviter les accidents récurrents», fait savoir M. Guèye, tout en précisant que c’est un projet qui va démarrer au plus tard à la fin du mois de janvier.
Le financement de ce projet, qui a été présenté aux populations de Guet-Ndar par les techniciens de l’Agence nationale des affaires maritimes (Anam), aura été bouclé et l’entreprise en charge des travaux connue, si l’on en croit à Guèye. Lequel annonce que «dans cinq mois, cette brèche sera sûre pour les pêcheurs à qui je demande de prendre leur mal en patience, car il faut du temps pour réaliser ces travaux qui seront faits selon les normes internationales. Le sondage durera 15 jours et l’acheminement de la drague 45 jours», se projette-t-il. En attendant la fin de ces travaux qui vont coûter à l’Etat 5 milliards de francs Cfa, le ministre de la Pêche a invité les pêcheurs à la prudence pour éviter d’autres accidents. Il les a invités à écouter régulièrement les bulletins de la météo et à éviter de partir en mer quand le temps est mauvais. «D’ailleurs, ces mesures de prudence doivent être observées même après le dragage de la brèche», sensibilise le ministre de la Pêche.
La décision du gouvernement de procéder au balisage et dragage de la brèche, réclamée plusieurs fois par les associations et syndicats de pêcheurs, avait été annoncée par le maire de Saint-Louis la semaine dernière, au lendemain d’un tragique accident qui avait provoqué la mort de trois personnes.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here