PARTAGER
Ibrahima Diouf, directeur du Bmn.

Dans le cadre de la lutte contre l’émigration clandestine par la fixation des jeunes dans leur terroir, le Bureau de mise à niveau (Bmn) a lancé à Saint-Louis, un programme dénommé : «Développer l’emploi au Sénégal.» Ce programme de 26 milliards, déjà expérimenté dans le Sud du pays, a pour ambition de renforcer la formation professionnelle des jeunes, la mise à niveau des entreprises et la création d’entreprises.

Après la région naturelle de la Casamance, le Bureau de mise à niveau étend le programme dénommé «Développer l’emploi au Sénégal» à la zone nord du Sénégal, notamment la région de Saint-Louis. Ce programme, financé à hauteur de 26 milliards de francs Cfa par l’Union européenne par le biais de l’Agence française de développement (Afd) pour une durée de 4 ans, participe, selon Ibrahima Diouf, le directeur du Bmn, au développement des Petites et moyennes entreprises (Pme) et à la formation professionnelle des jeunes vivant dans les zones de départ de l’émigration irrégulière. Dans le cadre de la mise en œuvre de ce programme, un comité de pilotage a été mis en place et s’est réuni pour approuver les projets de 8 entreprises qui recevront des primes estimées à 358 millions de francs Cfa devant leur permettre entre autres, de renforcer les capacités de leurs employés et de moderniser da­van­tage leurs outils de production dans le but d’améliorer la qualité de leurs produits. Ces entreprises, a fait savoir le directeur du Bureau de mise à niveau, interviennent dans les secteurs de la transformation des produits alimentaires, notamment du riz et de produits horticoles et de bétail. Il a souligné que la question de l’emploi est au centre et constitue l’épine dorsale de ce programme qui permettra aux entreprises bénéficiaires de générer 66 emplois directs et 610 emplois temporaires, ce qui prouve l’impact positif de ce projet qui participe à l’emploi des jeunes.
Ibrahima Diouf a par ailleurs, fait savoir que la mise à niveau des entreprises permettra une croissance de leur chiffre d’affaires de plus de 10%, ainsi qu’une augmentation de leur valeur ajoutée et une augmentation du taux de marge bénéficiaire de plus de 7%. Il a ajouté en ce sens, que la formation en marketing et gestion permettra aussi de renforcer les capacités du personnel de ces entreprises et du coup, augmenter leur productivité. Il y aura également, toujours parmi les avantages du projet, la modernisation et le renouvellement des équipements dans ces entreprises et une amélioration de la qualité du produit et la compétitivité surtout des produits comme le riz local. Selon M. Diouf, l’objectif final du programme «Développer l’emploi» est de lutter efficacement, contre l’émigration clandestine.
Le Secrétaire général du ministère du Commerce, du secteur informel, de la consommation, de la promotion des produits locaux et des Pme, qui représentait le ministre à cette cérémonie de lancement, a de son côté, souligné que la mise en œuvre de ce projet est la concrétisation d’un engagement pris par le gouvernement à travers le ministère du Commerce. Il permettra, a-t-il fait savoir, de créer 2 000 à 2 500 emplois pour la période 2017/2021 et va compléter le dispositif d’appui aux entreprises mis en place par le ministère du Commerce.
Quant à l’adjoint du gouverneur chargé des affaires administratives, Saïd Fall, il a insisté sur l’importance de la mise en œuvre d’un tel projet dans une région agricole comme Saint-Louis avant de remercier les partenaires financiers qui ont rendu possible le programme.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here