PARTAGER

Ousmane Sonko se dit indigné face à la situation des sinistrés de l’avancée de la mer relogés dans des conditions précaires. Le leader de Pastef tient le gouvernement «responsable» de cette situation et estime que le Président Macky Sall a «failli» à sa mission de protection des populations.

Ousmane Sonko  était à Saint-Louis lundi pour s’enquérir de la situation de l’avancée de la mer et ses conséquences sur les populations. Le leader de Pastef dit avoir fait d’abord un tour à l’université Gaston Berger où il s’est entretenu avec des experts sur la question avant de se rendre à Khar Yalla où des sinistrés ont été relogés. Sonko s’est désolé de la situation d’extrême précarité dans laquelle vivent ces populations. «Je suis écœuré et indigné. Les autorités du pays, notamment le Président Macky Sall, sont responsables de cette situation. Je ne peux pas comprendre qu’un président de la République dont l’édile de la ville se trouve être le beau-frère puisse voir cette situation et vivre décemment dans son palais. C’est inadmissible», a-t-il dit. Sonko s’est ensuite rendu à Goxu Mbacc, puis à Guet-Ndar pour constater les dégâts causés par la mer. Il en déduit que «l’Etat a failli à sa mission de protection». Pour lui, c’est la preuve que la priorité n’est pas de «construire des immeubles à Diamniadio ou de faire des trains à 1200 ou 1400 milliards, mais d’utiliser cet argent pour sécuriser la côte». L’inspecteur des impôts radié de la Fonction publique alerte par conséquent sur la situation de la vieille ville qui, si rien n’est fait, «disparaîtra de la carte dans une cinquantaine d’années». Il se dit convaincu d’ailleurs que la technologie pour faire face au phénomène de l’érosion côtière et de l’avancée de la mer «existe et a été expérimentée ailleurs, notamment aux Pays-Bas». L’opposant a accusé les régimes qui se sont succédé d’avoir «livré» le secteur de la pêche à la Mauritanie et aux bateaux-usines. C’est pourquoi, souligne-t-il, «je ne peux pas admettre que des Sénégalais puissent être pourchassés et fusillés par des Mauritaniens et que le gouvernement fasse preuve de faiblesse devant ces forfaitures».
Le leader de Pastef s’est par ailleurs prononcé sur le processus électoral en mettant en garde le Président Macky Sall sur l’instauration du parrainage. «Je dirais au Président Macky Sall que la priorité aujourd’hui, ce n’est pas sa réélection. Les tripatouillages constitutionnels et du code électoral sont un forcing pour voler des élections parce qu’il sait qu’il ne peut pas gagner des élections à partir de son bilan qui n’existe pas. La priorité, c’est de venir en aide aux Sénégalais qui souffrent», ajoute-t-il.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here