PARTAGER

En visite samedi au Projet de promotion du partenariat rizicole dans le Delta (3Prd), l’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot, a appelé les producteurs à œuvrer pour que le riz de la vallée soit aux normes et plus compétitif.

L’ambassadeur de France au Sénégal a invité les producteurs sénégalais à œuvrer pour que le riz de la vallée soit aux normes et plus compétitif. Christophe Bigot, accompagné de la directrice adjointe de l’Agence française de développement à Dakar, Mme Diane Jegan, et du directeur général de la Saed, M. Samba Ndiobène Ka, visitait samedi le périmètre du Projet de promotion du partenariat rizicole dans le Delta (3Prd). Après des échanges soutenus avec les acteurs, il a salué le caractère innovent du 3Prd qui s’inscrit en droite ligne avec la politique d’autosuffisance en riz du Sénégal. Pour M. Bigot, l’agriculture est un axe essentiel du développement du Sénégal et occupe une place importante dans le Plan Sénégal émergent (Pse) du Président Macky Sall. Il a salué le rôle important de l’Afd qui n’a pas seulement un rôle de financeur, même si elle a injecté plus de 7 milliards de francs dans ce projet. Il a souligné que l’Afd est le premier partenaire de la Saed dont elle assure 60% des financements dans la vallée du fleuve où en 10 ans, de 2007 à 2017, elle a apporté des financements évalués à 190 milliards de francs Cfa dans les secteurs de l’agriculture, de la santé et du tourisme. Dans la même lancée, l’ambassadeur de France a salué l’implication des femmes qui ont ainsi les moyens d’assurer leur indépendance. M. Bigot a également invité les acteurs à assurer la pérennisation du projet par un bon entretien des infrastructures qui y sont installées. Il s’est aussi félicité de l’importance de la production et a assuré que la France continuera d’accompagner le 3Prd, avant d’inviter les producteurs à veiller à produire un riz de qualité permettant au riz de la vallée d’être compétitif.

Un périmètre de 2 500 ha
De son côté, le nouveau directeur général de la Saed, Samba Ndiobène Ka, qui était à sa première sortie depuis sa nomination, a rappelé l’attachement du gouvernement aux objectifs d’autosuffisance en riz, avant de faire savoir que le 3Prd, conçu avec un montage social, technique et financier différent des autres types d’aménagements hydro agricoles de la vallée, présente les spécificités que sont, entre autres, la forte implication de la commune de Diama dans son implantation (choix des attributaires et délivrance de certificats de concession), sa gestion et le suivi de son exploitation, la subvention à 100% pour l’ensemble des bénéficiaires de l’aménagement structurante, la prise en compte des exploitations agricoles familiales, en favorisant notamment les anciens exploitants du périmètre qui, outre un dédommagement, accèdent à des parcelles de 5 à 10 ha, subventionnées par l’Etat à hauteur de 95 et 85%, l’installation de Petites et moyennes entreprises (Pme), avec des exploitations de 25 et 50 ha, subventionnées par l’Etat à hauteur de 75 et 40%. Il s’agit de promouvoir une catégorie de producteurs privés et performants pour mettre en valeur des surfaces rizicoles aménagées par le gouvernement sénégalais.
Samba Ndiobène Ka a également profité de la cérémonie pour magnifier la coopération «exemplaire» avec les partenaires techniques et financiers de l’Etat du Sénégal que sont l’Afd, l’Ue et la Boad qui ont accompagné la Saed durant toutes ces années dans un secteur tout aussi crucial, le développement économique que sont l’agriculture et la maîtrise de l’eau.
Le 3Prd est un projet d’un coût de 21 milliards de francs Cfa, financé conjointement par Afd, l’Union européenne, la Banque ouest africaine de développement, l’Etat du Sénégal et les exploitants privés, attributaires de parcelles. A travers ce projet, la Saed expérimente depuis 2011 une formule pilote de partenariat public-privé pour l’émergence d’un nouveau type d’entreprenariat agricole. Le projet se déroule sur un périmètre de 2 500 ha dans la commune de Diama, viabilisés par l’Etat du Sénégal et ses partenaires, avec une contribution des attributaires aux travaux d’aménagement terminal. Il a pour objectif de contribuer à la croissance économique du Sénégal par le renforcement de sa sécurité alimentaire à travers la consolidation de la compétitivité de la filière riz.
cdiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here