PARTAGER

Sept Ferrari, cinq Bentley, un Maserati et un Aston Martin figurent au catalogue de cette vente aux enchères tenue dimanche 29 septembre à Genève. Ce trésor, estimé à plus de 17 millions d’euros, a permis de récolter 21,6 millions d’euros. Avec quelques pépites : les lots les plus chers sont deux hypercars, un Lamborghini Veneno Roadster blanc cassé, vendu autour de 5 millions d’euros, et un Ferrari hybride jaune d’une valeur de 2,5 millions d’euros.
Tous ces bolides ont été confisqués par la justice suisse après l’ouverture en 2016 d’une procédure pénale à l’encontre de Teodorin Obiang, fils du Président de Guinée Equatoriale, et lui-même vice-président. Teodorin Obiang a également accumulé un patrimoine considérable en France. Il a été condamné en 2017 dans cette affaire dite des «biens mal acquis» et a fait appel.

Recettes affectées à un programme social
En Suisse, la procédure pour «blanchiment d’argent et gestion déloyale des intérêts publics» a été classée en février après la promesse d’un versement de 1,4 million d’euros par Malabo. La justice genevoise et les autorités équato-guinéennes se sont alors mises d’accord sur cette vente et le fait que les recettes seraient affectées à un programme à caractère social en Guinée Equatoriale.
L’opération aurait pu être annulée. Mécontent qu’il n’y ait pas de prix de réserve (prix secret fixé par le vendeur en dessous duquel le bien n’est pas vendu), Malabo a tenté en vain de faire suspendre la vente aux enchères ces derniers jours. L’avocat du pays estime que d’autres conditions auraient pu permettre de lever des sommes encore plus coquettes.

Pourquoi la procédure en Suisse a-t-elle été classée ?
La procédure pour «blanchiment d’argent et gestion déloyale des intérêts publics» a été classée en février 2019. Elle est prévue par l’article 53 du Code pénal suisse, explique à Rfi une source proche du dossier, lorsque la procédure devient «trop compliquée» et que le procureur craint de ne pas arriver à obtenir une condamnation. «Ce qui n’est pas très surprenant lorsque le prévenu est un vice-président», explique cet interlocuteur qui précise qu’en acceptant l’accord, les deux parties reconnaissent toutefois implicitement que les biens saisis ont été acquis «de manière irrégulière».
rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here