PARTAGER

Sédhiou organise du 21 au 30 avril 2017  un Salon de la ruralité émergente. Cette activité, qui se tiendra pour la première fois dans la capitale du Pakao, traduit, selon ses initiateurs, une vision du maire de la commune, Abdoulaye Diop, par ailleurs directeur général du Cosec.
A cette occasion, l’Association pour l’initiative et le développement de l’entrepreneuriat (Aide) entend organiser un forum de réflexion et de discussions sur la ruralité émergente et une foire d’exposition du savoir-faire local et d’échanges des produits locaux.
Le forum réunira des panélistes qui aborderont des thèmes de haute importance, tels que les programmes du gouvernement pour promouvoir la transformation structurelle de l’économie rurale, les opportunités d’investissement en milieu rural et le financement des chaînes de valeur bananes, maïs, anacarde, etc. Deux ateliers en langues nationales porteront sur les parcours de Gie qui réussissent et pour terminer, la lancinante question de l’émigration clandestine qui touche aussi les jeunes de la région de Sédhiou clôturera ce forum.
«La question de la ruralité émergente doit être perçue en étudiant les grands enjeux du développement territorial», précise le président du comité d’organisation. Ousmane Biram Sané relève que «les nouvelles entités régionales sont à dominante fortement rurale et  Sédhiou, érigée en région le 10 septembre 2008, n’y échappe guère». Dès lors, indique l’économiste, il devient   important de porter la réflexion et l’action sur la ruralité émergente, afin de s’approprier les enjeux de l’émergence. A son avis, «le concept de ruralité émergente est une manière pour nous les citoyens de la région de Sédhiou d’assumer notre ruralité et dans le même temps de faire nôtre la vision du président de la République déclinée à travers le plan Sénégal émergent, notre principale source d’inspiration et d’aspiration. A cet égard, le Pse, couplé à l’Acte 3 de la décentralisation, doit être perçu comme une opportunité pour que les espaces ruraux bénéficient d’autant d’aménagements et d’interventions que les espaces urbains».
Une cinquantaine d’exposants de divers horizons, notamment de la Casamance naturelle, des autres régions et des pays voisins sont attendus à cette première édition du Salon de la ruralité émergente. Et les produits  agricoles, les produits agroalimentaires, les produits artisanaux de la région y seront exposés.
Des stands seront aménagés pour trois cibles ; d’abord pour les producteurs, les transformateurs et les Petites et moyennes entreprises ; ensuite les institutions d’encadrement et d’appui technique au développement.
Le président du comité d’organisation  s’est ainsi, montré convaincu  de la pertinence de ce projet économique historique. Ousmane Biram Sané s’est réjoui de la contribution du Conseil sénégalais des chargeurs et souhaite que les populations puissent bien profiter de cette belle tribune qui leur est offerte.
 odemba@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here