PARTAGER

Le préfet de Dakar, Djibril Diallo, a présidé hier le Comité local de développement (Cld), préparatoire du salon des arts visuels qui se tiendra du 5 au 20 novembre.

La 10e édition du Salon national des arts visuels verra la participation des communes de Dakar et des quatorze régions du pays. Ce salon, qui depuis huit ans était en léthargie, rouvre ses portes au grand bonheur des acteurs des arts visuels qui pourront partager des œuvres de création ludique pour les populations notamment les plus jeunes. Hier, dans la salle de la mairie du Plateau, s’est tenu un Conseil local de développement (Cld) en présence du préfet de Dakar. L’ambition affichée des acteurs du Cld est de passer de la littérature à une planification chiffrée qui servira de référentiel à l’autorité dans les prises de décisions. «La culture ne doit plus être un lieu de rassemblement de chants et danses. Nous devons tendre vers une autre dynamique, qui consiste à avoir des documents stratégiques, chiffrés, planifiés et qui répondent aux besoins de la population», recommande le préfet de la capitale. Madjiguène Niang, directrice de la Galerie nationale d’art, renchérit. «Ce salon des arts visuels depuis le magistère du président Macky Sall, n’a pas été organisé. Or, c’est pendant cette période que les artistes sénégalais échangent avec le premier protecteur des arts et des lettres, sur l’évolution de la création artistique, les problèmes qui minent le secteur. Nous sommes à un tournant historique et décisif.»
Djibril Diallo plaide ainsi pour «la transparence et la méthode», afin que les efforts qui se font dans le secteur des arts soient plus visibles. A travers une collaboration entre les artistes qui produisent et les populations qui s’approprient ces supports observables dans notre environnement social, culturel, voire économique. «Nous devons penser à ce bilan : quels sont les forces et les faiblesses, les blocages et les tournures à prendre pour que les artistes puissent vivre de leur art et l’Etat, qui finance l’impact dans l’environnement», soutient Djibril Diallo.
Trois expositions sont retenues pour animer ce 10e Salon artistique. Une exposition principale à la Galerie nationale des arts. L’exposition Fatiliku, pour rendre hommage aux artistes qui ont rendu l’âme, au musée Théodore Monod. Et la participation des quatorze régions du pays au Centre culturel Blaise Senghor. En plus, des conférences et débats sur l’évolution de la création artistique au Sénégal, le statut de l’artiste, entre autres seront au programme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here