PARTAGER

Pour mieux attirer les touristes, l’hôtel Le Lamantin Beach a réalisé à 1,5 milliard une nouvelle infrastructure réceptionnée le week-end dernier à Saly.

Le Sénégal  veut retrouver sa place d’antan dans le monde du tourisme : une destination prisée par les touristes comme avant l’arrivée d’Ebola et l’érosion côtière qui a fini d’engloutir les plages, faisant disparaître du coup le balnéaire. Lors de la cérémonie d’inauguration des chambres Blue bay (Baie bleue) de l’hôtel Le Lamantin Beach tenue ce week-end, le directeur général de l’hôtel a vanté les progrès faits par le Sénégal dans le domaine de l’investissement pour relever le niveau de standing des réceptifs hôteliers. Selon Eric Philibert, cette nouvelle infrastructure, composée de chambres «Blue bay», est une zone Vip construite au sein même de cet hôtel, conçue et imaginée en tenant compte de la protection de l’environnement. Ainsi, cette infrastructure réalisée entièrement en bois est le fruit d’un financement de 1,5 milliard de francs Cfa. Elle va participer à la modernisation de l’hôtel. «Cet investissement consacre ainsi la relance du tourisme sénégalais qui, de par ce genre d’initiatives, est en train de reprendre sa place de deuxième pourvoyeur de devises derrière le secteur de la pêche», a précisé M. Philibert. A en croire ce dernier, cette infrastructure est réalisée pour satisfaire sa clientèle composée à 55% d’Africains avant d’ajouter que toutes les conditions sont réunies pour que le Sénégal, avec son hospitalité légendaire, soit une destination de choix très prisée.
En échos à ces propos, le secrétaire général du ministère du Tourisme qui a vanté les mesures prises par le ministre de tutelle pour faire du Sénégal une destination très prisée a invité les acteurs à adopter un comportement responsable, surtout dans un contexte de concurrence hardie avec une clientèle touristique qui, dans le monde, recherche la même chose, a rappelé Babacar Ba. Selon lui, le Sénégal est sur la bonne voie, car plus d’un million de touristes y sont recensés à travers l’Aibd, dans les aéroports régionaux et les différents postes frontaliers, avant d’ajouter qu’il peut bien atteindre son objectif de trois millions de touristes d’ici 2021.
abciss@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here