PARTAGER

737 élèves dont 407 filles et 330 garçons de l’école élémentaire François Ntap de Tilène (Ziguinchor) ont été enrôlés le week-end dernier à la Couverture maladie universelle (Cmu). Un geste de haute portée humanitaire à l’actif de la présidente du Haut conseil du dialogue social (Hcds), Mme Innocence Ntap Ndiaye, hautement apprécié par la communauté éducative et les populations de Tilène.

La cérémonie de lancement du programme de la Cmu au profit des élèves de Francois Ntap a mobilisé autour de la présidente du Haut conseil du dialogue social le secrétaire général national de l’Agence de la Cmu, la communauté éducative de Ziguinchor, les parents d’élèves et les élèves bénéficiaires de l’école François Ntap. En attendant ceux des Cem Mamadou Keïta (834) et Amilcar Cabral de Tilène (1 379), prochains bénéficiaires de la Cmu, les 737 pensionnaires de l’école François Ntap se disent soulagés par ce geste de Innocence Ntap Ndiaye. Un geste qui, de l’avis de la présidente de leur gouvernement scolaire, va leur permettre de mieux appréhender les enseignements apprentissages.
Le directeur de l’école a, à son tour, témoigné toute sa satisfaction à l’endroit de leur bienfaitrice pour son dévouement au bien-être des populations de Tilène et particulièrement à la réduction de la vulnérabilité et à l’éducation des en­fants. Après avoir fait cas de l’immensité des chantiers au sein de cet établissement (vétusté des salles de classe, l’inexistence de salle informatique et de bloc administratif, la prolifération des dépotoirs d’ordures autour de l’école, etc.), ce dernier a soutenu que ce geste de haute portée humanitaire impactera positivement les enseignements apprentissages et constitue une occasion pour d’autres fils de Tilène et la communauté éducative de suivre cette voie, celle d’aider l’école à assurer une formation de qualité aux enfants.
Pour l’Ief de Ziguinchor, les données recensées sur instruction du ministre de l’Education nationale au niveau des établissements scolaires de Ziguinchor ont révélés que seuls 1 023 enfants étaient enrôlés dans la Cmu sur pratiquement 60 mille élèves de l’élémentaire au secondaire. C’est dire que cette initiative de la présidente du Haut conseil du dialogue social, de l’avis de l’Ief, permettra d’enrôler des centaines d’élèves dans la Cmu. Un geste d’une grande portée à l’ère du Programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence (Paquet), car «pour qu’il y ait de la qualité, il faut nécessairement des élèves sains», martèle M. Diack.
Pour le secrétaire général de l’Agence nationale de la mu, la Cmu-élèves, mutuelle instituée par les ministères de la Santé et de l’Education nationale pour la prise en charge correcte des apprenants, doit enrôler l’ensemble des élèves du Sénégal, de l’élémentaire au secondaire, du public comme du privé. Et ce, en vue de garantir la prise en charge médicale et leurs frais de santé. «Avec une contribution de 1 000 F Cfa et une subvention de 3 500 F Cfa de l’Etat, le parent permet à son enfant d’avoir accès à des soins de santé au niveau du poste et case de santé à 80%, et aux médicaments des officines à hauteur de 50%. Une prise en charge qui concerne également la consultation et les médicaments génériques au niveau de l’hôpital», a indiqué M. Sy. Pour qui la Cmu-élèves apporte une solution efficace à l’absentéisme, liée à la maladie au niveau des établissements scolaires du pays. Et ce dernier de remercier Innocence Ntap Ndiaye qui a compris et décidé d’appliquer cette politique en enrôlant l’ensemble des élèves de l’école François Ntap dans la Cmu. D’ailleurs, pour la présidente du Haut conseil du dialogue social, il s’est agi de passer aux actes en saisissant des occasions qui peuvent contribuer à permettre à l’école de remplir ses missions. Et cette cérémonie de lancement du programme de la Cmu au profit de ces 737 élèves s’inscrit dans cette perspective. «Il s’agit, avec la vision du chef de l’Etat à travers le Pse dans son axe 2, de disposer de suffisamment de ressources en tout temps pour tirer profit de nos forces et des opportunités, mais aussi de réduire les menaces qui se présentent à nous», martèle-t-elle. Et il convient donc, selon Innocence Ntap Ndiaye, de consacrer plus d’attention aux élèves, car l’école a pour vocation de construire l’avenir en préparant les adultes de demain auxquels il faut garantir un enseignement de qualité dans un environnement de quiétude, d’esprit et de corps. «Sous ce rapport, nous devons donc tous œuvrer pour que tous les élèves du cycle élémentaire, moyen et secondaire soient enrôlés et en mesure de jouir de toutes les prestations garanties par les mutuelles de santé», plaide Mme Ndiaye.
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here