PARTAGER

En France, le cancer fait mourir plus d’hommes que de femmes, mais les femmes sont plus nombreuses à être atteintes. L’Institut national du cancer (Inca) publie son rapport annuel. Sexes confondus, la mortalité baisse : une tendance observée depuis les années 1980. Mais aujourd’hui, bon nombre de cas pourraient être évités avec de meilleures habitudes. Manger plus de légumes, mais surtout éviter le tabac et l’alcool.
Cette année encore dans le rapport de l’Inca, l’excès de cigarettes et d’alcool est montré du doigt. Même si la mortalité diminue avec 5 à 10 ans de vie gagnés avec un cancer, ce sont les femmes adultes qui payent le prix fort. En moyenne, un cancer du poumon se développe en 20 ans. Celles qui ont commencé à fumer pendant leur adolescence se retrouvent donc atteintes aujourd’hui et en plus grand nombre que les hommes. Mais allez dire à quelqu’un qu’il ne faut pas fumer ou boire ! «Pour le cancer, les principaux facteurs sont le tabac, ensuite l’alcool. Vous avez le cancer des voies aérodigestives, vous avez des cancers comme celui de la vessie qui pourraient être moins nombreux, moins fréquents. Le tabac est un de ces facteurs. L’environnement a un impact, mais beaucoup plus faible. Dans l’environnement, il y a les radiations au niveau environnemental avec tout ce qui est imagerie. La pollution des voitures a très peu d’effets», explique le docteur Bousquet, auteur du rapport.
Le rapport souligne également la légère baisse du cancer de la prostate, le premier cancer masculin avec 53 mille 500 malades. Par contre, la baisse est plus lente pour le premier des cancers féminins, le cancer du sein qui peut être dû aussi au tabac et à l’alcool.
Rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here