PARTAGER

Après cinq décennies de parcours européen, la Fondation Galien décide d’explorer le continent africain. Elle organise les 27 et 28 novembre 2018 à Dakar le Forum et le Prix Galien. Une présence que le président de la Fondation explique par le fait que l’Afrique est devenue pour lui un «big player». «Il y a un mouvement naissant, des projets de recherche animés par de grands experts africains dans l’innovation thérapeutique non pas essentiellement pour la recherche de profits, mais pour la santé humaine», soutient Bruno Cohen. Cette fondation qui organise le Prix Galien, l’équivalent du Prix Nobel de la recherche biopharmaceutique, veut, selon ses dires, accompagner ce mouvement africain sur la scène mondiale.
Dakar va accueillir des experts régionaux et internationaux, mais aussi des célébrités mondiales à cette occasion. D’après les explications de Awa Marie Coll Seck, ministre d’Etat, chargée de l’organisation du forum, outre le thème général «Ethique et innovation», les débats vont porter sur l’accès aux médicaments et aux produits de santé. L’ancien ministre de la Santé soutient qu’il faut à notre pays «des médicaments de qualité, un système d’approvisionnement bien régulé et une lutte acharnée contre les faux médicaments». A ce thème, il faut y ajouter la malnutrition, les épidémies Ebola, la dengue qui ont ébranlé le monde, les maladies infectieuses, et non transmissibles, les changements climatiques et leurs impacts sanitaires, le financement de la santé qui, selon elle, constitueront les grands dossiers sur lesquels des experts internationaux, les ministres de la Santé des 15 pays de la Cedeao ainsi que les directeurs exécutifs des agences des Nations unies vont se pencher pour apporter des solutions. Ils seront rejoints par 300 meilleurs étudiants en médecine et en pharmacie, issus des 15 pays de la Cedeao. Tout ce beau monde va passer en revue ces différentes thématiques avec un regard critique et un esprit vif.
Les recommandations issues de cette rencontre vont alimenter le forum qui se tiendra le 28 novembre 2018 avec le chef de l’Etat qui présidera la rencontre. Macky Sall, au cours de cette cérémonie, remettra le Prix Galien au lauréat. Un prix qui récompense l’excellence dans l’innovation thérapeutique au profit de la santé et de la condition humaine.
Au-delà de ce forum et de la remise du Prix Galien, cette rencontre est une étape «majeure» et «stratégique» pour le rayonnement de la Fondation Galien. Cette dernière qui a un programme intitulé «Afrique maintenant» a profité de cette occasion pour décliner ses ambitions. Elle veut, dit-elle, s’affirmer pour l’Afrique et par l’Afrique. Et ce, grâce à ce rendez-vous qu’elle veut désormais annuel et pérenne sur le continent. «Nous voulons désormais un Davos africain de la santé à Dakar tous les ans où des éminents spécialistes et professionnels de la santé se rencontrent pour stimuler des débats sur la santé et en même temps mettre l’Afrique sur la scène internationale», indique Bruno Cohen.
Pour Dr Aloyse Diouf, directeur de Cabinet du ministre de la Santé et de l’action sociale, ce genre de rencontres, à l’image de la 68ème session du Comité régional de l’Oms pour l’Afrique récemment tenue à Dakar, est une opportunité pour le Sénégal. Il indique à cet effet que Dakar est en train de devenir une plateforme d’échanges en matière de santé publique. Pourtant, beaucoup se demandent la pertinence de ces rencontres qui se multiplient dans notre pays. Mais pour M. Diouf, celles-ci ont leur importance dans la mesure où «elles nous permettent de développer des stratégies dans la politique de santé publique. Nous avons le courage de nous confronter au reste du monde et cela nous permet de gagner en expérience», répond le directeur de Cabinet du ministère de la Santé et de l’action sociale.
La Fondation Galien existe depuis 1970. Elle est présente dans 15 pays et s’installera en Chine très prochainement. Quant au Prix Galien, «c’est un mouvement global qui a pour but de reconnaître et récompenser l’excellence. C’est aussi un réseau exceptionnel de scientifiques, qui inclut de nombreux Prix Nobel. Le Prix Galien gère un programme indépendant, pluridisciplinaire et géographiquement diversifié», lit-on encore dans un document remis à la presse.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here