PARTAGER

Le khalife général des Tidianes, Serigne Mbaye Sy Mansour, n’a pas du tout apprécié certains manquements notés dans les préparatifs de la célébration de la 117e édition du Gamou de Tivaouane, prévue lundi prochain. Recevant hier les délégations des ministres de la Santé et de l’Hydraulique, le marabout a exposé toutes ses doléances.

Le khalife général des Tidianes était hier dans tous ses états, lors de la visite des délégations des ministères de la Santé et de l’Hydraulique. Pour cause : l’autorité religieuse n’était pas du tout satisfaite des retards notés dans l’exécution des travaux de relèvement du plateau technique de l’hôpital El Hadji Abdou Aziz Sy Dabakh, mais également de l’arrêt depuis 48h des camions de vidange dans la ville sainte. S’adressant au ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, qui a été le premier à être reçu au salon d’honneur du khalife, il lui signale : «Vous n’avez pas encore respecté les promesses que vous aviez formulées pour le relèvement du plateau technique de l’hôpital. Nous avons pas encore vu le scanner que vous nous avez promis.»
Le marabout a aussi plaidé pour l’augmentation de la capacité d’accueil de l’hôpital de niveau 1. «La demande pressante est aujourd’hui de faire en sorte que le nombre de lits passe de 101 à 300 au moins et de mettre en œuvre la construction d’infrastructures adaptées à cette nouvelle donne», sollicite le marabout qui demande le positionnement de spécialistes au niveau du service d’accueil et des urgences pendant le Gamou et la nécessité de les y maintenir après l’évènement. Toujours dans ce chapitre sanitaire, le marabout de Tivaouane fustige : «Depuis 1960, le Sénégal n’achète que des ambulances d’occasion. Il faut que Sénégal dépasse ce stade en achetant des ambulances neuves». De l’avis de Serigne Mbaye Sy, le pays dispose des ressources nécessaires pour financer son développement. «Le pays a de l’argent. Les Sénégalais sont désormais des champions dans l’immobilier. Les immeubles pullulent partout dans le pays. Il faut que cet argent soit investi dans des domaines prioritaires comme la santé», assène le khalife général des Tidianes qui par ailleurs a demandé aux syndicats grévistes de la santé de surseoir à leur mot d’ordre de grève. Il laissera entendre que «ce n’est pas normal de sacrifier des vies humaines pour fait de grève». A l’Etat, il lui demandera de faire tout pour satisfaire les agents de la santé. «Il faut que tous les acteurs de la santé soient accompagnés et que le matériel adéquat soit mis à leur disposition.» Au-delà, il a salué les efforts fournis par le ministre Abdoulaye Diouf Sarr : «Au début, il n’en savait rien, mais à force de travail dans la concertation, il a réussi à imprimer ses marques, étant entendu qu’il a remplacé un ministre aux compétences avérées.»
A la suite du ministre de la Santé, le khalife général des Tidianes a reçu la délégation du ministère de l’Hydraulique et de l’assainissement, dirigée par Mansour Faye. Il a déploré les manquements notés dans l’exécution des travaux assignés à ce ministère. Il dénonce l’immobilisation des 40 camions de vidange, faute de carburant. Irrité par une telle situation, le marabout, séance tenante, a exigé au ministre en question de prendre son téléphone pour régler dare-dare le problème, avant même de sortir de son salon d’accueil. Pour lui, l’urgence est que ce problème soit résolu dès aujourd’hui, au risque de poser d’énormes désagréments dans la ville. Ce que Mansour Faye a aussitôt fait en appelant. Et pour montrer sa bonne foi, il a mis l’appareil en haut-parleur. L’interlocuteur a donné au khalife toutes les garantie, allant jusqu’à promettre que tout rentrerait dans l’ordre dans cette même soirée. Selon lui, il y a toujours beaucoup de promesses, mais au décompte final, c’est souvent le minimum qui est fait.
Au-delà, le khalife général de déplorer la zone d’implantation de la station d’épuration de Tivaouane qui devrait être loin des habitations de la sainte cité. Il note que «même si ces stations sont très bonnes, elles servent toutefois de lieu de prolifération des maladies parce que les moustiques y élisent domicile. C’est d’ailleurs ce qui était arrivé aux habitants de la Patte d’Oie qui étaient envahis par les moustiques. Pour lui, avant de construire ces stations d’épuration, les autorités devraient calculer la distance entre elles et les habitations. Il a ainsi demandé aux autorités en charge de l’assainissement de veiller à cela.
Le maire de Tivaouane, par ailleurs directeur général de l’Institut de prévoyance retraite du Sénégal (Ipres), Mamadou Diagne Sy Mbengue, en a aussi pris pour son grade. S’adressant au premier adjoint au maire Massamba Diagne, le khalife lui demande de dire «à Diagne Sy qu’il est un maire absentéiste et se devrait d’être présent à Tivaouane, conformément à sa mission plutôt que de déserter tout le temps». Aux yeux du marabout, l’idéal serait que le premier magistrat de la ville assume pleinement ses responsabilités. Mais il ne doit pas à tout instant faire recours au service de ses proches collaborateurs qui lui servent presque partout d’émissaires.
S’adressant toujours au premier adjoint au maire de la commune de Tivaouane devant le ministre Mansour Faye, le marabout lui a fait comprendre qu’il lui est impossible de vouloir satisfaire la demande d’audience de tout le monde à la place de l’édile de la ville.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here