PARTAGER

La firme pharmaceutique tunisienne devient la propriétaire de Sanofi qui devient Médis Sénégal. Déjà, l’entreprise affiche ses ambitions et veut faire de ce site de production le fleuron de l’industrie pharmaceutique du Sénégal. La cérémonie de passage de témoin a eu lieu hier, en présence du ministre Awa Marie Coll Seck.

La société Winthrop pharma Sénégal Sanofi a totalement cédé ses titres au groupe pharmaceutique Médis, leader du marché générique en Tunisie. La cérémonie de passage de témoin a eu lieu hier dans l’enceinte du site de production sis à Thiaroye, en présence du ministre de la Santé et de l’action sociale Awa Marie Coll Seck. Sanofi devient ainsi Médis Sénégal. Une nouvelle firme qui ambitionne de se développer en Afrique subsaharienne pour une accessibilité géographique et financière du médicament à partir de sa nouvelle base sénégalaise. La nouvelle société va s’investir dans la fabrication de médicaments bio-similaires pour la prise en charge de maladies chroniques comme le cancer, le diabète, l’hypertension artérielle etc. Une bonne nouvelle pour le Sénégal, confronté au double fardeau des maladies épidémiologiques et des maladies chroniques à soins coûteux.
Le directeur exécutif du groupe Médis, Lasaad Boujbel, explique le choix de Dakar par le «potentiel important» de la société, mais aussi par la qualité du capital humain. Le repreneur s’est engagé à faire de ce site de production un fleuron de l’industrie pharmaceutique au Sénégal. Une industrie qui va offrir aux professionnels de santé une gamme de médicaments contribuant directement à l’amélioration de la qualité des soins. Médis Sénégal qui affiche ainsi ses ambitions annonce à court terme un investissement pour élargir la gamme des médicaments à fabriquer localement et ceux déjà enregistrés et commercialisés en Tunisie. A moyen terme, l’entreprise compte développer les médicaments spécifiques essentiels et qui pèsent lourd au niveau des dépenses de santé. A long terme, ce sera des extensions pour répondre aux besoins du marché de la zone pour les produits de première intention dans les hôpitaux et les institutions sanitaires tels que les solutés massifs et les médicaments injectables à usage professionnel (anesthésiques généraux et autres).

Le Sénégal importe 85 à 90% de ses besoins en médicaments
Pour le ministre de la Santé et de l’action sociale, cette entreprise est capitale pour notre tissu industriel pharmaceutique qui dispose de cinq unités de fabrication de médicaments. «Notre pays importe 85 à 90% de ses besoins en médicaments», regrette-t-elle. D’ailleurs, indique Mme le ministre, une étude prospective est en train d’être menée au niveau de son département en collaboration avec d’autres secteurs ministériels pour renforcer l’existant, promouvoir et vendre la destination Sénégal. Ce, dans le but de booster la production pharmaceutique locale.
L’autorité s’est également félicitée de la décision du repreneur de maintenir tout le personnel de l’usine avec une volonté de renforcer les capacités techniques des travailleurs pour mieux répondre aux exigences de l’heure en termes de production. La représentante du personnel a réitéré l’engagement du personnel et a invité le repreneur au dialogue afin que la société puisse travailler dans la sérénité pour le bonheur de tous.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here