PARTAGER

Le coût des médicaments est assez élevé en Afrique. Il est donc impératif pour les pays d’Afrique  subsaharienne de disposer de leur propre industrie pharmaceutique pour produire leur propres médicaments.  Dans ce cadre, des experts se réunissent à Dakar pour réfléchir sur les mécanises à mettre en place pour couper cette dépendance avec les multinationales en mettant en place des industries pharmaceutiques. «La population africaine est obligée de casquer très fort pour faire recours aux produits pharmaceu­tiques  importés qui pourtant sont fabriqués à partir de certains intrants en provenance de leur continent», regrette Makhtar Dia, directeur général de l’A­gence sénégalaise pour la propriété intellectuelle et l’innovation technologique (Aspit). Soulignant que le Sénégal «contribue à moins de 2% dans la production pharmaceutique» avec surtout des médicaments génériques, le Dg de l’Aspit soutient «qu’une indépendance dans la production de médicament de l’Afrique participe à l’installation d’industrie pharmaceutique dans le continent, et crée des emplois». Selon Sa­fié­tou Simporé Diaz, directrice exécutive de Yolse, une production locale de médicaments implique le transfert de technologie et la formation de spécialistes dans le secteur pharmaceutique. Ame­ner les  pays subsahariens à créer leurs  «propres médica­ments»  cadre avec la déclaration de Doha, adoptée en 2001 par les Etats membres de l’Organisation mondiale du commerce (Omc). «Cette déclaration a non seulement clarifié mais aussi réaffirmé le droit des Etats membres de protéger leur santé publique. Et en particulier, promouvoir l’accès de tous aux médicaments en recourant aux dispositions de l’accord sur les Aspects de droits  de propriété intellectuelle (Adpic, qui touchent au commerce), qui ménagent une flexibilité à cet effet», souligne Safiétou Simporé Diaz. Les médicaments, qui seront produits en Afrique, auront la même qualité que ceux importés, insistent les organisateurs de cet atelier, qui annoncent la création d’un conseil interministériel dédié à l’accès aux médicaments et la promotion de l’innovation pharmaceutique de chaque pays membre de l’Oapi.

amadoumbodji@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here