PARTAGER

L’institution de coordination de l’assurance-maladie obligatoire veut instaurer une nouvelle ère dans les relations d’information et de communication entre les différents acteurs de l’assurance maladie obligatoire pour une meilleure connaissance de la portée et des enjeux du système. Pour ce faire, elle a présenté hier son plan de communication.

L’Institution de coordination de l’assurance maladie obligatoire du Sénégal (Icamo) a présenté hier, son plan de communication aux différents acteurs de l’assurance-maladie. Cette institution nouvellement créée veut être connue des différents acteurs de l’assurance-maladie sur le plan de son organisation, de ses missions, de sa portée, de ses enjeux et défis pour une meilleure adhésion de ses membres. L’Icamo veut ainsi instaurer une ère nouvelle dans les relations d’information et de communication. Cela va passer par la promotion de son image et de sa notoriété auprès des Institutions de prévoyance maladie (Ipm), les entreprises et les partenaires. L’Icamo veut également une adhé­sion massive des em­ployeurs et travailleurs au système de l’assurance-maladie obligatoire à sa politique. Ce plan de communication s’adresse à une cible assez diversifiée dont les chefs d’entreprises sur qui pèsent, selon Ousmane Diop, président du Conseil d’administration (Pca) de l’Icamo, l’obligation d’affilier leurs travailleurs aux Ipm en vue de leur couverture maladie. L’Icamo s’adresse aussi aux travailleurs eux-mêmes, principaux bénéficiaires du système, «qui doivent considérer l’Ipm comme un outil au service de leur protection sociale et participer à sa pérennité et à la solvabilité», relève le Pca de l’Icamo. Mais aussi, note le Pca, aux administrateurs d’Ipm, qui sont appelés à plus de professionnalisme et une meilleure gestion des risques.
Cette nouvelle institution créée sur initiative des pouvoirs publics et des partenaires so­ciaux. D’abord, renseigne la directrice exécutive, Marie Ro­salie Ngom, elle coordonne l’activité des Institutions de prévoyance maladie (Ipm). Avant les institutions de prévoyance maladie étaient dispersées au niveau des entreprises et des regroupements d’entreprises main­tenant, l’Icamo ambitionne de corriger le système. Icamo a le même statut juridique que la caisse de sécurité sociale et l’Ipres. Entre autres missions, on peut noter l’amélioration et le maintien de l’équilibre financier des Ipm. Egalement l’amélioration de la solvabilité et de la solidarité des Imp ainsi que l’amélioration des outils et pratiques méthodes des institutions de prévoyance maladie.
Un document stratégique quinquennal sera élaboré très prochainement. Et ce plan, d’après Marie Rosalie Ngom, va montrer pour chaque mission, les activités que l’Institution va mettre en œuvre pour atteindre les résultats attendus. Il faut dire que l’assurance maladie obligatoire est une composante essentielle de la Couverture maladie universelle dans la mesure où les deux structures concourent à ce que les Sénégalais puissent disposer d’une couverture maladie qui leur permettra d’être soignés lorsqu’ils tombent malades ou leurs familles. Même si, précise Boubacar Bâ, directeur de la communication et du marketing de l’Agence de la Cmu, l’Icamo ne prend en charge que le côté formel et la Cmu le côté informel.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here