PARTAGER

Le Syndicat des médecins qui a rencontré le gouvernement lundi n’est pas tout à fait satisfait même s’il a noté quel­ques avancées dans le cadre de la satisfaction de la plateforme revendicative.

La rencontre ce lundi 12 mars 2018 entre le Bureau exécutif national du Syndicat autonome des médecins du Sénégal et le gouvernement n’a pas trop permis de rapprocher les positions. Même si des avancées ont été notées. Quelle est la situation du prêt équipement et des heures supplémentaires ? «Le directeur de Cabinet du ministre du Budget a réitéré que son positionnement se fera fin mars 2018. Le principe d’augmenter le taux horaire de nuit pour les médecins et les forces de défense et de sécurité est acquis», avance le Sames. Quid du prêt Dmc ? «Le gouvernement s’engage à payer les conventions octroyées aux demandeurs jusqu’au mois de juillet 2010, soit un montant de 11 milliards. Pour les autres demandes, il envisage d’externaliser le service aux banques de la place, le crédit restant sans intérêt pour le bénéficiaire, l’Etat prenant en charge les frais liés à ce service pour un montant de 23 milliards. Le Sames a demandé un traitement préférentiel des dossiers de ses membres et va transmettre la liste de ses membres avec des demandes en instance», avance le syndicat des médecins. Lequel annonce que «le compte rendu de la rencontre avec le ministre du Budget avec les différentes hypothèses a été transmis au Premier ministre qui n’a pas encore donné suite», en ce qui concerne du système de rémunération.
Pour ce qui est des parcelles à usage d’habitation, le Sames estime que le ministère de l’Urbanisme a assuré qu’elles seront disponibles à la fin du mois de mars. «Il s’agit de 40 parcelles pour la Zac d’Ourossogui, 40 parcelles pour la Zac de Richard Toll et 40 parcelles pour la Zac de Kolda. Le ministre de l’Urbanisme a informé de la disponibilité du Plan du titre réservé au Lac Rose pour 200 parcelles en attendant l’acte d’immatriculation. Une réunion suivie d’une visite technique sera convoquée par le ministère de l’Urbanisme», informe-t-on. Quid de la création du corps des praticiens hospitaliers ? «Le Sames a dû constater que son mémorandum n’a pas été étudié et a rappelé que l’existence du corps des médecins n’est pas antinomique à celle des praticiens hospitaliers. Par ailleurs, il marque son opposition à la signature du projet de décret tel quel le Sames se donne le temps de l’étudier sérieusement et de faire ses amendements», détaille le communiqué des médecins qui regrettent que le ministère du Travail n’a pas convoqué la rencontre sur la réforme des retraites à 65 ans qui devait intégrer ce point. La conclusion des pourparlers est claire : «Le Sames constate que sur 7 points, aucun n’est totalement résolu et concernant la retraite à 65 ans et la création du corps des praticiens hospitaliers, aucune évolution n’a été constatée. On attire ainsi l’attention du chef de l’Etat sur la situation délétère que provoquent ces reports répétés qui ne feront que raviver les tensions sociale.» Au final, le Sames va «résolument finaliser son plan centralisation des urgences qui sera mis en œuvre du 26 au 28 mars 2018 à l’absence d’accord définitif. Le dilatoire ne passera pas. La liste des hôpitaux assurant la centralisation des urgences par région sera publiée incessamment».
 bsakho@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here