PARTAGER

Plus de 200 personnes atteintes de la maladie mystérieuse qui a atteint plusieurs centaines de pêcheurs à travers certaines localités du pays, ces derniers temps, ont été guéries à Ndayane, une localité située dans le département de Mbour. «Mbeur beuf» est le nom de la plante qui a permis de soigner les pêcheurs de la localité, en deux ou trois jours.

«Mbeur beuf». A Ndayane cette plante n’a pas fini de démontrer toutes ses vertus. En effet, elle a permis de soigner les pêcheurs de la localité, en deux ou trois jours. Les femmes de Ndayane ont trouvé un remède censé prévenir et guérir de la maladie mystérieuse, qui touche plus d’une centaine de pêcheurs. Un remède pas aussi mystérieux que la maladie, car à Ndayane, plus de 200 personnes atteintes de cette maladie cutanée ont été guéries.
Khardiata Ciss, présidente du cercle des femmes And-Jef de Ndayane, témoigne : «Ce produit soigne. Ceux qui ont été atteints ont été tous guéris par cette crème. Cela fait deux ans que nous avons mis en place ce produit qui soignait les plaies cutanées.»
Les femmes de Ndayane s’activent beaucoup dans tout ce qui touche à la santé par les plantes. Le projet «Wer Werlé», financé par Horizon 3000, qui est mis en œuvre par Enda Santé, les aide dans le cadre de leur activité.
Commercialisé en petit pot, les femmes soutiennent que Enda-Santé, particulièrement Abdoulaye Ndiaye, formateur-assistant suivi-évaluation à Enda-Santé, a beaucoup aidé dans la conception de ce produit miracle. L’Ong a également confirmé l’efficacité du produit fait à base de plantes de «mbeur beuf», du beurre de karité et autres plantes. Le pot échangé à vil prix aux pêcheurs atteints est l’objet de toutes les discussions dans cette communauté de pêcheurs.
«Je souffrais beaucoup,  je n’arrivais même plus à dormir. Une badienou gokh du nom de mère Aminata m’a conseillé d’aller voir les femmes du Gie pour qu’elles me procurent la crème. Je suis resté plusieurs jours sans aller en mer. La crème m’a guéri en deux jours», affirme Aliou Sarr, un des patients.
Sur son corps comme sur ceux de ses amis, on constate la cicatrisation des boutons. Comme quoi à Ndayane le «mbeur beuf» a eu raison de la maladie mystérieuse. Et ce «vaccin» a été trouvé par les femmes.
Avec Seneweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here