PARTAGER

L’organisation de leur examen de fin d’études, c’est ce que demandent les étudiants de la promotion 2016-2019 du Centre régional de formation en santé (Crfs) de Thiès. En effet, ils sont victimes du boycott des examinateurs qui réclament leurs indemnités de 2018. En sit-in hier, ils refusent «d’être les agneaux du sacrifice dans un problème dont ils ne sont pas les responsables». Lamine Diouf, porte-parole des 80 étudiants sages-femmes, infirmiers et assistants du Crfs, explique : «Jusqu’à présent l’Etat peine à organiser nos examens. Nous avons été convoqués le 10 août 2020 pour subir les épreuves pratiques de la première session de formation après celles écrites. Mais à notre grande surprise, les personnes que nous avons trouvées dans notre lieu d’examen nous ont demandé de rebrousser chemin parce que les examinateurs ne sont pas sur place. Ils sont, en effet, en grève pour non-paiement des examens des première et deuxième sessions de l’examen de 2018». Ainsi, il demande au ministre de la Santé et de l’action sociale de diligenter le problème pour leur permettre d’obtenir leur parchemin après trois années de formation. Aussi les étudiants du Crfs, un démembrement de l’Ecole nationale de développement sanitaire et social (Endss), ont-ils demandé à l’Etat, notamment leur ministère de tutelle, un traitement équitable de tous les élèves-infirmiers et sages-femmes d’Etat du Sénégal.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here