PARTAGER

Après avoir installé plus de 600 mutuelles de santé partout à travers le pays, la Couverture maladie universelle met en œuvre un programme Cmu-élève. L’agence veut enrôler les 3 millions de potaches que compte le système éducatif. En partenariat avec le ministère de l’Education nationale, la Cmu veut améliorer la prise en charge sanitaire de cette catégorie sociale en lui offrant des soins de santé accessibles.

L’Agence de la Couverture maladie universelle va à l’assaut des établissements scolaires. La Cmu veut enrôler les 3 millions d’élèves que compte l’éducation nationale à travers le programme Cmu-élève. Cette initiative offre la possibilité aux enfants de pouvoir adhérer aux mutuelles de santé de leur quartier ou de leur zone avec une cotisation annuelle de mille francs Cfa par personne, explique Awa Marie Coll Seck. Un traitement de faveur de cette catégorie de population puisque la cotisation normale est fixée à 3 500 francs Cfa avec une contribution de l’Etat qui double la somme. Avec cette contribution, note Serigne Mbaye Thiam, les élèves vont bénéficier d’une prise en charge sanitaire équitable, sans disparité régionale ou de genre. «Ils auront un accès aux services de santé dans les postes, les centres de santé et des consultations dans les hôpitaux ainsi qu’un accès aux médicaments», renchérit le ministre de la Santé et de l’action sociale. Le programme va concerner dans un premier temps les établissements scolaires du public. «Les écoles privés et les daaras vont suivre après», promet le ministre de l’Education nationale.
L’Agence de la Cmu qui compte sur les élèves pour relever son taux d’enrôlement vise un autre objectif : Celui d’améliorer la prise en charge médicale de l’apprenant. Pour le ministre de l’Education nationale, la santé est un intrant de qualité pour atteindre les objectifs fixés par le gouvernement en matière d’éducation. Et la meilleure façon de promouvoir l’éducation de qualité, c’est d’offrir aux élèves les conditions d’accès à une bonne santé. Mais de l’avis du ministre de l’Education, ce programme n’est pas sans défi. Il appelle à une mobilisation des parents autour de ce programme car, pour lui, le principal bénéficiaire, ce sont les parents. Pour sa part, Awa Marie Coll Seck a salué l’engagement des certains responsables des collectivités locales. «Certains maires ont offert aux mutuelles de santé des sièges et ont recruté des gérants pour conduire la mutuelle. Cet engagement traduit un acte concret des dispositions du Code des collectivités locales qui transfère à la ville, aux départements et aux communes des compétences relatives à la santé», relève le ministre de la Santé et de l’action sociale.
Le programme Cmu-élève a été rendu possible grâce à un arrêté conjoint des ministères de la Santé, de l’action sociale et de l’Education nationale. Un partenariat basé sur une approche «multisectorielle» et «inclusive». Dans son élaboration, indique Serigne Mbaye Thiam, l’Agence de la Cmu a associé les collectivités locales, les services déconcentrés du ministère de l’Education nationale tels que les inspections d’académie ainsi que les parents d’élèves et tous les partenaires et acteurs de l’école.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here