PARTAGER

Le match éliminatoire pour l’Euro 2020 entre la Bulgarie et l’Angleterre (0-6) a failli être interrompu par l’arbitre à la suite de cris racistes en provenance des tribunes, lundi à Sofia.
Dans un match que l’Angle­terre dominait largement – 4-0 à la pause – les trois joueurs noirs des Three Lions, Tyrone Mings en défense, Marcus Rashford et Raheem Sterling en attaque, ont été la cible de cris de singe.
Conformément au protocole Uefa, l’arbitre a d’abord fait faire une annonce par le speaker du stade demandant aux supporters responsables de cesser à la demi-heure de jeu, avant d’avoir une longue discussion avec les officiels mais aussi les équipes anglaise et bulgare à la fin de temps réglementaire de la première période.
La décision a finalement été prise de jouer les six minutes de temps additionnel jusqu’à la pause, au cours de laquelle le capitaine bulgare Ivelin Popov est allé discuter avec des supporters.
Le Stade Vassil-Levski dans lequel se déroulait la rencontre était d’ailleurs déjà sous le coup d’une sanction de l’Uefa puisqu’une tribune de 5000 places était fermée à la suite d’incidents racistes lors du match contre le Kosovo en juin.
Suite à ce nouveau scandale raciste, le Premier ministre bulgare, Boïko Borissov, a réclamé et obtenu la démission du président de la Fédération bulgare de football, Borislav Mihaylov (ancien gardien international), lequel a longtemps exclu cette idée : «il est inadmissible que la Bulgarie, l’un des pays les plus tolérants du monde, soit associée à la xénophobie, alors que des personnes d’ethnies et de religions différentes y vivent ensemble en paix», avait écrit l’homme politique sur sa page Facebook après la rencontre.
En quittant le stade, Mihaylov n’avait dénoncé ni les chants racistes ni les saluts nazis aperçus dans l’enceinte. Le traitement infligé aux joueurs noirs des Three Lions a évidemment beaucoup fait réagir en Angleterre. Emboîtant le pas à la Fédération anglaise et à une classe politique britannique indignées, le Premier ministre Boris Johnson a dénoncé un racisme «ignoble qui n’a pas sa place dans le football».
Selon son porte-parole, il a demandé «une enquête urgente suivie de punitions fermes» et appelé l’Uefa à «regarder les faits»: «Cette tâche sur le football n’est pas traitée de manière adéquate. Il faut débarrasser une bonne fois pour toutes, le football du racisme et de la discrimination.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here