PARTAGER

L’Association des femmes de la Scat urbam pour le développement (Afsud) a organisé ce samedi des journées médicales de consultations gratuites. Une séance au cours de laquelle les médecins ont pu détecter chez certains patients, un taux de glycémie de 5 grammes par litre.

La cour du Collège d’enseignement moyen (Cem) du quartier Scat Urbam de la commune de Grand-Yoff a servi de lieu pour les consultations médicales gratuites organisées par l’Amicale des femmes de Scat Urbam pour le développement (Afsud). Les populations environnantes ont très tôt pris d’assaut le Cem. Enfants, femmes d’âge mûr et d’hommes de tous âges. Tous voulaient se faire consulter. L’équipe médicale, composée de membres de l’association, très dégourdie, a prodigué des soins de la médecine générale et de la pédiatrie. Des tests pour dépister le diabète, des consultations gynécologiques également, notamment le dépistage du cancer du col de l’utérus, ont été également proposés aux populations.
Dans la salle de dépistage du diabète, plus de 150 personnes ont été dépistées et la majeure partie est diabétique. Le pire, indique le médecin, «parmi les diabétiques on y trouve des cas avec un taux de glycémie de 5 grammes par litre qui ne savaient même pas qu’ils sont diabétiques». Or «5 grammes, c’est une urgence. D’ailleurs, nous les avons référés dans les structures hospitalières pour leur prise en charge», indique-t-elle inquiète.
Cependant, il faut dire que la consultation gynécologique a ravi la vedette. Il y avait en effet beaucoup plus de monde devant l’entrée de la salle devant servir de lieu de consultation. Des femmes. Chacune d’elles voulait en avoir le cœur net. «C’est un test facile et les résultats sont connus sur place, en plus on ne paie rien», se réjouit une dame qui attendait avec impatience son tour chez la sage-femme.
A l’intérieur de la salle, le dispositif est simple : un lit pour les femmes, du matériel pour le diagnostic et l’assistante de la sage-femme. A notre passage, il n’y a avait pas de cas suspects. «Toutes les femmes dépistées ne présentaient pas de lésions précancéreuses», diagnostique la sage-femme qui se réjouit de ces résultats. Néanmoins, elle a relevé quelques cas d’infection génitale pas trop graves.
L’Afsud est une association de femmes qui œuvre dans le développement et le social depuis 10 ans. Elle fonctionne sur fonds propres mais aussi grâce au soutien des bonnes volontés comme la commune de Grand-Yoff.  Chaque année, ces femmes organisent des actions d’envergure pour le bien-être de la population. Ces  journées de consultations gratuites entrent dans ce cadre. «Nous avons constaté que la santé est un facteur de développement et que très souvent, certaines populations, en l’occurrence les femmes, ont du mal à accéder aux soins de santé ; parce que il faut le dire, ce n’est pas facile toujours pour elles d’avoir des soins de santé», souligne, satisfaite, la présidente de l’Association, Ndèye Aminata Dia Diakhaté.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here