PARTAGER

Le Baye Fall du mbalax revient en force sur la scène musicale sénégalaise. Son engagement politique qu’il mène auprès du Président Macky Sall ne l’empêche guère de continuer son bonhomme de chemin. Suite à la sortie du single «Makaarimal akhlaa», le chanteur sort un nouvel album du même nom. Il a procédé ce lundi à une séance d’écoute du nouveau produit.

Après deux ans d’absence sur la scène musicale sénégalaise, Mame Goor qui a déjà totalisé plus de 70 sons revient avec force. Suite à la sortie du single Makaarimal akhlaa, le chanteur sort officiellement son nouvel album qui porte le même nom. Le Baye Fall de la musique sénégalaise, comme il se définit, rend ainsi hommage à Cheikh Abdou Karim sur la route du Magal de Touba, la cité religieuse de la communauté mouride. «Quand j’ai fini la maquette, je suis parti à Touba voir le marabout pour lui faire écouter le morceau Makaarimal akhlaa. Il l’a aimé et m’a donné son accord pour que je fasse le son», a expliqué le père du jeune chanteur Talla Diazaka. Mieux, d’après Mame Goor, Cheikh Abdou Karim a donné le ndiguel à ses talibés (fidèles croyants, en wolof) d’aller participer au tournage du clip et a proposé que sa photo soit affichée sur la page de couverture de l’album. L’opus, enregistré et mixé au studio Msp, est composé de 4 titres. «4 parce que le public est très sélectif», se justifie le mbalaxman qui mise «sur la qualité plutôt que sur la quantité».
De la qualité, il y en a. Après le premier morceau dédié au marabout, s’ensuit une chanson d’amour, Bb kaay way. Puis, Sénégal tay où il déplore «l’hypocrisie existant dans ce pays». Bien apprécié par le public présent au moment de la séance d’écoute, le 4e titre est une invite au respect de la musique traditionnelle. Avec une voix posée, Diazaka chante avec son fils sous des notes d’instruments traditionnels comme la kora, Yaye boye, un hommage à sa mère. Mais aussi une dédicace aux maîtres de la tradition comme Ndiaga Mbaye. «Samba Diabaré Samb m’avait dit que j’avais une corde vocale qui irait avec la musique traditionnelle», se glorifie Mame Goor. Vêtu d’un boubou multicolore, assorti de mocassins bleus, le Baye Fall de la musique sénégalaise est dans la préparation du Magal. L’homme qui semble avoir rajeuni est souriant et confiant. Interrogé sur la profession de musicien qu’il allie avec la politique, le chanteur qui est resté deux ans sans production n’envisage à aucun moment mettre un terme sa carrière musicale. A l’image de «son ami, frère» et allié politique Youssou Ndour, le Rufisquois ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. «Je ne regrette pas d’avoir fait la politique. Je me suis engagé pour soutenir ma communauté. Et je serai maire de Teungueth dans deux ans», dit-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here