PARTAGER

Aujourd’hui, 100% de la population active en Afrique ont un téléphone portable. Conscientes de cette opportunité, les sociétés de télécommunications ont investi le créneau du mobile banking.
Pour Yves Eonnet, président fondateur de TagPay, la société qui a développé un système bancaire digital (Digital banking system) hébergé dans le cloud et centré sur le mobile, les banques doivent s’approprier cette technologie. «Les banques doivent ouvrir de nouvelles façons de distribuer des services financiers, notamment de prêt, de l’épargne, de transfert international, de paiement de facture, de paiement de salaire ; et faire en sorte qu’il y ait un système beaucoup plus sécurisé, moins cher et qui inclut tout le monde dans le système, surtout pour ceux qui utilisent du cash», prône l’expert. Qui considère que «la technologie est aujourd’hui, disponible pour donner aux banques toutes les solutions digitales pour livrer des services financiers mobiles à tous les possesseurs de mobile, quelle que soit sa génération».
Yves Eonnet présentait mardi, à la Résidence de l’ambassadeur de France au Sénégal, un livre qu’il a écrit avec son associé Hervé Manceron. L’ouvrage est intitulé : «Fintech : Les Banques contre-attaquent.» Un nom, d’après lui, «évocateur à la fois d’un besoin de renouveau immédiat et d’une alliance possible entre deux mondes qui paraissent concurrents, afin de réinventer la banque». Son ambition est que «chaque dirigeant, chaque décideur bancaire du continent puisse le lire pour que tous puissent comprendre l’essentiel» A son avis, «le sujet n’est pas technique. La digitalisation de la banque est maintenant disponible. Le sujet est stratégique. La question n’est pas : est-ce que la population africaine aura accès aux services financiers digitaux ?». La question, dit-il, «est de savoir qui les leur proposera».
Le président fondateur de TagPay indique aussi que «l’inclusion financière de l’ensemble de la population est une obligation pour assurer l’émergence économique du continent». Car, étaye-t-il, «en bancarisant la population, la banque de détail va enfin pouvoir mobiliser l’épargne locale qui permettra de financer les entreprises et l’économie. Ce nouveau marché bancaire est un véritable eldorado dont tout le monde bénéficiera… ». L’expert en digitalisation renchérit : «L’économie africaine est en train d’émerger. Mais rien ne sera possible tant que l’informel sera majoritaire, donc tant qu’une grande majorité de la population ne sera pas bancarisée. La responsabilité des banquiers est immense face aux enjeux de ce continent.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here