PARTAGER

Dans son discours d’hier, le Président a annoncé que des dispositions seront prises pour soulager les acteurs économiques sénégalais durement éprouvés par les effets du Covid-19. Deux des secteurs les plus importants de l’économie nationale sont déjà en situation de détresse et accueilleront avec soulagement l’appui promis par les pouvoirs publics.

Les mesures annoncées hier par le chef de l’Etat pour soutenir l’économie étaient plus qu’attendues, car beaucoup de secteurs se sentaient presque abandonnés devant l’ampleur de la crise qui les frappe. Si le tourisme, dont dépendent directement près de 100 mille personnes, attend avec impatience la concrétisation des mesures annoncées hier, au vu de la situation de détresse qu’il connaît et qui risque de conduire à la fermeture très prochaine de certains grands réceptifs de la place de Dakar, comme le Terrou-Bi ou le King Fahd Palace, c’est parce que rien que pour les 3 premiers mois de 2020, son manque à gagner est déjà estimé à 75 milliards de francs Cfa. Mais à côté du secteur touristique dont la presse a parlé il n’y a pas si longtemps (voir Le Quotidien no 5123 du jeudi 19 mars 2020), celui de la pêche ne se porte pas mieux.
Déjà, du fait du ralentissement de l’activité économique en Europe, nombreuses entreprises de pêche qui fournissaient le marché européen avaient déjà commencé à connaître un énorme manque à gagner. Un membre de l’organisation des pêcheurs sénégalais (Gaipes) avait souligné que c’est environ 50 tonnes de poisson qui étaient expédiées par jour depuis le Sénégal. Cela représentait, selon ses estimations, environ 1,5 milliard de francs Cfa de pertes, rien que pour un mois.
Mais hormis cela, les restrictions à la pêche imposées par les autorités maritimes sénégalaises vont aussi affecter les pêcheurs artisanaux. Habitués à pêcher dans les confins du territoire marin national, ces petits pêcheurs ont de plus en plus de mal à trouver de quoi remplir leurs filets dans la limite des eaux territoriales sénégalaises. Ce qui, pour eux aussi, constitue un énorme casse-tête. C’est dire que les appuis annoncés hier par le Président Macky Sall risquent de s’avérer fortement insuffisants, au regard des énormes besoins des acteurs économiques.
Il ne faut pas oublier que le marasme des deux secteurs cités plus haut est lié aux mesures de confinement des populations de part et d’autre de la Méditerranée. Tant que les liaisons aériennes ne reprendront pas, il n’est pas certain de voir les hôtels du Sénégal se remplir dans un avenir proche.
Et en dehors des liaisons aériennes, nombre d’activités connexes sont aussi à l’arrêt, dont les acteurs continuent de frapper à la porte des autorités de l’Etat pour demander des meures de sortie de crise.

1 COMMENTAIRE

  1. Depuis bien longtemps le tourisme est mort !!! Quand nous voyons le prix des billets d avion l absence de gîte ruraux le prix des hotels la dégradation de l’environnement !!!et pour corser le tout le covid 19!!! Un si beau pays autant délaisser !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here