PARTAGER

L’insécurité notée ces derniers temps dans la région de Diourbel en général a poussé les autorités à entamer  une vaste opération de sécurisation qui a eu lieu le samedi et le dimanche au niveau des communes de Touba, Diourbel, Bambey et Mbacké où 128 personnes ont été arrêtées pour divers délits.

Sale temps pour les malfaiteurs : il n’y aura plus de répit pour les pourchasser et les mettre hors d’état de nuire. Vendredi et samedi, la police, avec un impressionnant arsenal et la gendarmerie, ont établi leur quartier général dans la région de Diourbel. 128 personnes ont été interpellées entre Diourbel, Touba, Mbacké et Bambey par les 479 éléments des Forces de défense et de sécurité dont 70 gendarmes. A Diourbel, 24 personnes ont été interpellées, huit véhicules et une dizaine de motos mis en fourrière. A Mbacké, il a été dénombré  52 arrestations pour les délits présumés de  vols, conduite sans permis, ivresse publique et manifeste. 13 véhicules ont été immobilisés, et trente-huit documents administratifs saisis.
Dans la commune de Bambey, un individu  a été interpellé  pour usage et détention de chanvre indien, six personnes pour vérifications d’identité et neuf moto-Jakarta mis en fourrière. A Touba, quarante-trois individus ont été interpellés dont un pour conduite sans permis. Le reste, c’était pour des vérifications  d’identité. Cinquante-trois véhicules ont été mis en fourrière, quarante-trois pièces saisies et dix motos saisies. Cette opération de sécurisation menée de main de maître a nécessité quatre-cent-neuf policiers et soixante-dix gendarmes. A noter que tout dernièrement,  Cheikh Fall, habitant du quartier Oumoul Khourou, a rendu l’âme à l’hôpital après qu’il a été malmené par des malfaiteurs. D’autres personnes ont été délestées de leurs biens.

Opération Mal menée
Dans les rangs des agents, on nourrit des regrets en estimant que la moisson n’a pas été fructueuse du fait de la surmédiatisation, qui a entouré les opérations de sécurisation. Un agent des Forces de sécurité et de défense, confie : «S’il n’y avait pas cette médiatisation à outrance, on aurait pu interpeller plusieurs malfaiteurs. Mais ces derniers dés qu’ils ont su la nouvelle se sont repliés. Comment le patron de la police peut venir escorté. Il pouvait venir mais en restant anonyme.» L’Inspecteur général de la police nationale Oumar Mal, escorté par des motards, a supervisé les opérations.

badiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here