PARTAGER

A moins de 24h du Magal, manifestation commémorant le départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927), fondateur de la confrérie mouride, Touba est sous la surveillance de la police et de la gendarmerie.

Jusqu’au lundi, Touba, drapée de ses habits de lumière, sera ceinte par les Forces de sécurité, engagées à sécuriser les pèlerins. Il s’agit d’un dispositif normal et préventif pour extirper la mauvaise graine des rangs des vrais pèlerins. En attendant le jour j, 276 personnes ont été arrêtées par la police pour divers délits lors d’opérations de sécurisation. «Ces individus ont été notamment arrêtés dans les localités de Touba, Mbacké, Diourbel et Bambey, dans le centre du pays, lors d’opérations simultanées menées par les commissariats de dites localités», détaille le directeur de la Sécurité publique, Abdoulaye Diop. Il ajoute : «Dans ce genre de manifestations, il y a parfois des citoyens égarés qu’il faut surveiller. C’est un dispositif proactif, probatoire qui est mis en place. Les personnes arrêtées ont commis des délits divers et des infractions d’origines diverses comme la détention et le trafic de chanvre indien, la détention de produits barbituriques ou cellulosiques.» Il y a aussi les délits d’outrage à agents, d’ivresse manifeste et publique, de vol commis la nuit avec escalade, de complicité de vol, de détention d’armes blanches, de violence et voie de fait ainsi que d’exploitation de débit de boisson sans autorisation administrative. «Des individus ont également été arrêtés et des enquêtes ouvertes pour offre ou cession de drogue, d’autres pour défaut de permis de conduire, abus de confiance, recel, mise en circulation de faux billets de banque», poursuit le commissaire Diop.

Macky Sall : «Anéantir la cybercriminalité»
Aujourd’hui, l’Etat essaie de rehausser la stratégie de veille sécuritaire avec l’inauguration de la nouvelle compagnie de gendarmerie de Touba. En compagnie du Commissariat spécial, la ville sainte dispose d’un système de sécurisation en principe très performant. En l’inaugurant hier, le Président Sall se projette déjà sur son apport : «Cette compagnie de gendarmerie va aider, aux côtés du Commis­sariat spécial de Touba, à assurer un quadrillage sécuritaire optimal. Touba est un très grand centre urbain. La compagnie disposera de tous les moyens d’investigation, mais aussi d’intervention avec plus de 400 gendarmes et officiers», insiste le président de la République. Il renchérit : «Elle dispose notamment en son sein d’un escadron de surveillance et d’intervention et d’une Brigade de recherches.» Et des moyens pour lutter contre la cybercriminalité et certaines dérives enregistrées sur les réseaux sociaux.
Dans ce sillage, le Président Sall est revenu sur les dérives constatées sur le net. Les mises en garde sont très claires : «La liberté ne donne aucunement droit à un individu de s’enfermer dans sa chambre et d’insulter qui il veut. Nous avons la possibilité de lui mettre la main dessus. Nous disposons d’assez de moyens à l’image des pays développés pour l’identifier, l’arrêter et le traduire en justice. On ne peut pas laisser ces dérives perdurer. Ce n’est pas la vocation d’internet. Nous sommes engagés à anéantir la cybercriminalité. Le désordre ne peut pas s’installer au nom d’une prétendue liberté. La liberté des individus ne sera pas menacée. Je ne menace aucune liberté, mais nous ne pouvons pas laisser ces fauteurs de trouble dans le pays sans réagir. Il faut que la liberté se fasse dans le respect de la dignité des citoyens.»
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here