PARTAGER

La grande famille de la Gendarmerie s’est réunie hier sous la présidence du Haut commandant de la Gen­dar­merie nationale pour faire le bilan de l’année écoulée et aussi ouvrir les perspectives de l’année prochaine dans le domaine sécuritaire.

La cérémonie traditionnelle de présentation des vœux 2017 à l’ensemble du personnel a permis au général Meissa Niang, Haut commandant de la Gen­darmerie nationale et directeur de la Justice militaire, de faire un bilan de l’année écoulée, des résultats, des performances, des contres-performances et d’envisager l’année nouvelle avec des défis à relever sur le plan de la sécurité. «C’est l’occasion pour nous de faire le bilan de l’année écoulée et de renouveler mes directives de vigilance, les orientations en direction des unités, des personnels à tout les niveaux et surtout les unités frontalières pour plus de vigilance et de fermeté face au péril qui assaille notre pays dans un contexte sécuritaire extrêmement ten­du», explique le général Niang. Dès lors, le Commandant de la Gendarmerie nationale exhorte ses hommes à développer des capacités de lutte contre la montée de la criminalité urbaine et rurale favorisée par l’augmentation de la densité de la population et de l’habitat, mais aussi par la faiblesse des effectifs sur le terrain, laissant parfois le champ libre aux criminels. «La gendarmerie est partout présente sur l’ensemble du territoire national particulièrement comme je l’ai  dit dans les zones frontalières, et vous savez bien que la partie méridionale de notre pays fait face actuellement à une situation sécuritaire beaucoup plus tendue. Nous allons renforcer les dispositifs pour la sécurité des personnes et des biens qui sera garantie à toute épreuve», poursuit. Il parie sur la dimension éthique, le très élevé du devoir et des responsabilités, la créativité et la disponibilité des gendarmes pour réussir cette mission. «Les innovations, ce sont particulièrement le renforcement du dispositif pour accroitre la sécurité et la protection des personnes et des biens, c’est également la mise à profit de moyens technologiques de dernière génération pour accroître l’efficacité de nos unités, mais également renforcer les capacités de  projection au niveau des frontières  pour faire face aux événements dès qu’ils se déclenchent», souligne-t-il.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here