PARTAGER

L’établissement public de santé de niveau 1 (Eps1) de Sédhiou s’est transformé en centre social, le temps d’un Camp de chirurgie infantile intégré à un camp de chirurgie générale de cinq jours. C’est uneinitiative de l’Ong Amref Health  Africa  et de ses partenaires
espagnols.

L’Ong Amref Health  Africa  et ses partenaires espa­­gnols volent au secours des enfants dans la région de Sédhiou. A travers un camp de chirurgie infantile, le deuxième du genre qui entre dans le cadre du Programme capital santé entamé depuis mai 2016 à Sédhiou et Kolda, ils ont avec ce deuxième camp qui a démarré le 5 septembre, consulté plus de 70 patients et opéré 35 enfants et 24 adultes. Ces derniers souffrent de «pathologies diverses essentiellement pariétales, c’est-à-dire de hernie siégeant  au niveau de l’ombilic et de la région de l’aine», confie  Gabriel Ngom chargé de mission, par ailleurs professeur agrégé en chirurgie pédiatrique.
Fort du constat sur le terrain, ce dernier a attiré l’attention du médecin-chef de région sur l’urgence et la nécessite  de faire descendre régulièrement des spécialistes  au niveau d’une région dépourvue en chirurgien pédiatre. «Il faut qu’on recrute des malades et les traite sur place», plaide le spécialiste
qui rassure qu’eux se déplaceront gratuitement et le reste sera fait par l’Eps1.
Membre de la Fondation Chirurgie en action qui effectue son troisième camp à Sédhiou, le chirurgien général espagnol magnifie le partenariat avec Amref. Mieux, le professeur de chirurgie et chef de service à Bilbao entend approfondir cette coopération par le renforcement de capacités des médecins de l’Afrique subsaharienne. Ainsi,  deux chirurgiens sénégalais, un gynécologue et un chirurgien général vont  bientôt faire le déplacement en Espagne. Pen­dant une semaine, ils seront initiés en «techniques de célioscopie, c’est-à-dire la chirurgie minimale irascible et périscopique à l’abdomen», confie le médecin préoccupé par le suivi des malades qui ont bé­né­­­­­ficié de leur prestations.
Séduit par la mobilisation autour de ce camp, le superviseur régional de l’Ong Amref Health  Africa au niveau de Sédhiou et Kolda salue l’expérience et rappelle que «cela fait suite à un processus entamé depuis l’année dernière dans le cadre de visite scolaire avec les districts sanitaires et des stratégies avancées».
Babacar Diallo  de souligner que «du recrutement à la prise en charge opératoire et post opératoire, tout est gratuit». Il a à ce niveau salué l’engagement et la détermination de l’hôpital et des partenaires tels que les services de l’action sociale qui sont très actifs. «L’objectif, ce n’est pas seulement une prise en charge des enfants mais il  y a un volet de renforcement de capacités du personnel médical à travers un enseignement post universitaire animé par un
pro­­fesseur et son équipe», renseigne-t-il.
En marge de ce camp, le superviseur  d’Amref annonce par ailleurs, le lancement de lunette de télémédecine acquise par l’organisme qu’il représente.
Ce dispositif va permettre «de pallier le manque de spécialiste dans la zone. Le professeur peut à partir de Dakar voir ce que l’équipe médicale de Sédhiou fait», explique-t-il.
Babacar Diallo  a, dans le cadre de la Couverture maladie universelle (Cmu) des élèves, indiqué qu’une trentaine d’écoles  sont ciblées  à Sédhiou et que l’objectif est d’enrôler le maximum d’élèves.
A noter qu’en plus de ce  camp de Capitale santé, qui a soulagé  81personne dont  61 enfants  l’année dernière et plus de 70 cette année, Amref est intervenu deux fois à Sédhiou à travers les Camps de chirurgie pédiatrie, de fistules, bec de lièvre, cataracte,…Suffisant pour que le responsable du service social de l’Eps1 de Sédhiou tire son chapeau aux responsables de cette belle initiative. «Lorsque nous sommes dans une région qui manque de spécialiste en
mé­­de­cine et où 68 % des populations vivent dans la pauvreté, des actions de ce genre sont toujours bienvenues», souligne, tout sourire, Mamadou Lamine Diémé.
Au nom du médecin-chef et du directeur de l’hôpital, il a félicité
Amref  et ses partenaires qui, selon lui, restent des partenaires
stratégiques dans la prise en charge gratuite des populations qui en ont toujours besoin.
odemba@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here