PARTAGER

Loin de discréditer l’histoire élogieuse du Sénégal, on ne peut s’empêcher de dénoncer plusieurs manquements opérés par les régimes précédents. Voilà qu’intervient un homme qui pendant longtemps a bravé les brimades, les intimidations et les rejets non justifiés. Porté aux destinées de l’Etat, il est en train de traduire en actes ses promesses par le développement de tous les secteurs d’activité sans tambour ni trompette. Macky Sall dont il s’agit a interpellé les citoyens quelles qu’en soient l’appartenance politique, les sensibilités idéologiques à se départir de l’immobilisme, du scepticisme, jugeant que l’heure de la vérité a sonné pour de bon. Un tel personnage qui consacre sa vie pour libérer de l’obscurantisme mérite respect et considération.
Oubliant le passé caractérisé par un défaut notoire de vision, l’absence de détermination, il a invité tout le monde à aborder plus objectivement avec lui le défit commun : Un Sénégal émergent. Les messages et les actes posés sont dignes d’intérêt et font de lui un chef d’Etat écouté à travers l’Afrique et le monde, en témoignent ses déclarations et interventions favorablement appréciées dans toutes les instances de décision. Consi­dérant l’attelage gouvernemental comme une équipe de football sujette à des retouches, les méritants doivent avoir leur place pour mener la barque à bon port. Comme il aime à le dire, il jette son dévolu sur les vertueux et les performants, son souci étant la perfection avec la quête de l’excellence ; on note dans ses discours d’une manière permanente la proximité des gouvernants aux administrés.
Dans un monde de haute compétitivité, seuls le concret et le profit obtenu en toute loyauté sont gages de réussite et Macky, dans une recherche perpétuelle de l’intérêt général, s’active toujours à consulter pour obtenir le vrai de l’ivraie. C’est dans cette optique qu’il a fait appel à tout le monde à contribuer à la gigantesque œuvre qui est l’édifice d’un Sénégal nouveau. Il constitue pour la jeunesse un exemple de persévérance, de courage excluant l’impossible dans son vocabulaire.
De directeur de Petrosen, passant par différents départements ministériels, il s’est hissé à la Magistrature, puis à la présidence de l’Assemblée et enfin celle de la République. Quelle endurance ! Ce n’est nullement un hasard, quand on satisfait les Sénégalais qui fondent un grand espoir, on doit pouvoir gravir inéluctablement de tels échelons.
Etant doté d’un calme olympien, imperturbable, avec une retenue exemplaire, il s’est toujours démarqué de tout ce qui est bavardage inutile.
Comme l’affirme la Roche­foucauld, un grand sociologue, «le trop parler est un si grand défaut en matière d’affaire et de conversation. Si ce qui est bon est court, il est doublement bon et l’on gagne par la brièveté ce qu’on perd souvent par l’excès de parole».
Il a comme viatique la protection et l’assistance des faibles et des couches vulnérables comme l’attestent l’existence de la Cmu (Couverture maladie universelle) qu’il compte généraliser à travers tout le pays, les bourses familiales, la stabilisation des prix de denrées de premier nécessité, les soins gratuits pour les enfants de 0 à 5 ans, bref l’égalité des chances, les retraités seront certainement bientôt servis, puisque les jalons sont déjà posés. Il s’acharne à réduire fortement la souffrance des Sénégalais et particulièrement des démunis. Il a en face de lui le landerneau politique qui peut être identifié comme suit :
Des perdants qui pendant longtemps ont montré leurs limites et failli à leur mission, nostalgiques cependant du pouvoir ne peuvent plus bénéficier de la confiance des citoyens,
Des éléments qui, démis de leur fonction, sont devenus désorientés, ils sont guidés par la haine avec un élan farouche et l’absence de démarche républicaine,
Des affairistes et assimilés qui cherchent à jeter du désordre dans l’arène politique,
La liste est loin d’être exhaustive.
Dans un continent où plusieurs dirigeants se permettent d’escamoter les principes constitutionnels en manifestant leur désir de s’éterniser aux destinées de leur pays, si un guide de la trempe de Macky s’évertue à vouloir réduire en limitant les mandats présidentiels, en jetant les jalons démocratiques, le Peuple ne peut qu’acclamer.
Son destin a croisé celui d’un grand patriote avec un profil de haute facture, on veut nommer Monsieur Mahammed Boun Abdallah Dionne.
Son ouverture, sa capacité de rassemblement, font qu’à travers les coins et recoins du Sénégal et de la diaspora, il ne cesse d’élargir ses bases, puisqu’il recueille l’admiration de tout le monde du fait de son humilité, sa pondération et l’on peut se permettre d’avancer sans risque de se tromper qu’il dispose de véritables similitudes avec Macky Sall, relativement au comportement et au caractère, les insanités, les mots indécents ne sont pas de son ressort. De tout temps, il informe avec insistance sur son compagnonnage avec Macky Sall, ce qui justifie son statut d’allié naturel. Il sollicite la voix de tout le monde pour la convergence et l’unité afin que triomphe l’émergence prônée par le chef de l’Etat. Des Sénégalais de toutes obédiences s’impliqueront activement pour une réunification essentielle afin de mener ce combat pour la victoire de Bby. On s’assignera comme objectif, sous la direction éclairée de Mahammed Boun Abdallah Dionne, de vaincre en usant les moyens de la sensibilisation et de la vulgarisation.
Comme un seul homme, les citoyens unis par l’intérêt général, les intellectuels soucieux du devenir radieux de la Nation devront se constituer en boucliers pour accompagner Macky, l’homme de l’espoir en neutralisant l’allure des détracteurs ; cela en parfaite harmonie avec lui.
Dans un très proche avenir, notre mouvance aura à apporter les réponses idoines pour rendre plus visibles les réalisations du Pse, du Puma, du Pudc, trio magique qui augure des lendemains meilleurs, l’objectif étant de formuler des débats constructifs, contradictoires, loin des invectives et des attaques crypto-personnelles qui déstabilisent la vie des familles et la quiétude des citoyens. Pour de telles initiatives, un militant de la banlieue reconnu par son ouverture d’esprit, sa détermination, nous a donné le courage et les dispositions appropriées, il s’agit de Adiouma Marone de la ville de Pikine. Un réseau s’est constitué à cet effet autour de lui pour l’accompagner dans ses démarches de tous les jours. Pour cela, il faut surtout éviter de donner sa langue au chat, ce qui est un tort impardonnable à la génération actuelle et un lourd fardeau à la postérité.
Un effectif d’intellectuels républicains du Sénégal et de la diaspora travaillera en étroite collaboration avec le Casam derrière Bby pour la victoire lors de la présidentielle prévue en 2019.
Le Coordonnateur
Casam (Collectif des amis et sympathisants de Adiouma Marone)

Serigne Babacar MBOUP
Président du Covaccs (Collectif pour la Valorisation du Civisme, la Culture et la Solidarité)
Secrétaire Général de Amsad
(Association des Migrants du Sénégal et d’Afrique pour le Développement)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here