PARTAGER

Face à la nouvelle réforme sur le budget programme qui doit entrer en vigueur en janvier 2020 dans l’espace Uemoa, le ministère des Sports veut prendre les devants afin de permettre à ses cadres de disposer des nouveaux outils. Et cela, à travers un séminaire de deux jours, dont le lancement a été présidé hier par le ministre Matar Ba.

Le ministre des Sports, Matar Ba, a présidé hier au salon d’honneur du stade Léopold Sédar Senghor, l’ouverture du séminaire des agents de son Département qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du cadre harmonisé de l’Uemoa sur le budget programmé. Avec pour thème : les outils de gestion et les autorisations d’engagement (Ae) et les Crédits de paiement (Cp), les séminaristes doivent se pencher et s’aligner sur les nouveaux changements avant l’entrée en vigueur de la réforme dès le 1er janvier 2020. Et cela, après la modification de la Loi organique relative aux Lois de finances de décembre 2016.
«Le Sénégal va effectivement entrer dans une nouvelle ère qui sera marquée par un changement profond du cadre qui fixe les règles relatives au contenu, à la présentation, à l’élaboration, à l’adoption, à l’exécution et au contrôle des lois de finances», dira le ministre. Du coup, qui informe : «Cette réforme va consacrer le passage de la logique de moyen à la logique de résultat sous le régime d’un budget présenté et voté en programmes.»
Un pas majeur dans le mode de gestion des ressources publiques qui a poussé le patron des Sports à interpeller «tous les cadres du ministère à accorder à cette session et à celles qui vont suivre, la plus grande importance».
En termes de résultats, poursuit le ministre, «la nouvelle réforme permettra au Dépar­tement des Sports d’améliorer l’efficacité de l’action publique notamment avec la déconcentration de l’ordonnancement». Et cela, après que toutes les mesures législatives, réglementaires et techniques nécessaires soient prises à la mise en œuvre réussie de la réforme budgétaire. Celle-ci, selon toujours Matar Ba, «consacre l’instauration de nouvelles règles de gestion adaptées à la méthode de gestion budgétaire axée sur les résultats (Gar)».
Reconnaissant le retard accusé par le Sénégal, le ministre de souligner que «la présente session de formation vient à son heure en ce sens qu’elle contribue à une meilleure préparation de notre département à entrer avec succès dans la réforme».
Au final, le département des Sports espère qu’à l’issue des travaux qui vont prendre fin cet après-midi, on peut s’attendre à un bon partage des orientations de la Loi organique, une appropriation par les cadres des nouveaux outils de budgétisation, une maitrise des principes de fonctionnement des nouveaux outils de gestion du budget programme, les Autorisations d’engagements (Ae) et les Crédits de paiement (Cp).
wdiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here