PARTAGER

Des acteurs du monde culturel issus de la banlieue ont décidé de mettre sur pied l’Association Rester, Réussir composée d’artistes Camerounais, gabonais et sénégalais. Le projet est intitulé «Dialogue interculturel et dignité pour toutes et tous en Afrique». L’objectif du projet est de contribuer au renforcement de capacités des jeunes à vivre ensemble dans la paix et de manière constructive dans un contexte multiculturel tout en développant un sens de la communauté et un sentiment d’appartenance dans le respect des droits de la personne humaine. Selon Pape Meïssa Diop, président de la structure, les stratégies seront mises en œuvre selon une approche participative et une prise en charge progressive et concertée par les bénéficiaires, les parties prenantes et l’équipe du projet en s’appuyant sur l’égale participation des hommes et des femmes. Le projet produira entre autres, une étude sur les connaissances et attitudes des jeunes en matière de Dialogue interculturel et dignité pour toutes et tous en Afrique, un recueil de poèmes. Mais également renforcer les compétences interculturelles des jeunes par une cyber-campagne pour la promotion du Dialogue interculturel et de la dignité. Face à la presse, Pape Meïssa Diop renseigne que le projet est en partenariat avec le scoutisme béninois et le Comité camerounais de promotion des droits humains des femmes.
Ainsi le budget total du projet est de 20 millions de francs Cfa. «Et c’est pour une durée d’une année. Ce projet intéresse deux villes du Sénégal, Dakar et Saint-Louis. Tous les jeunes âgées de 15 à 35 ans sont concernés. Il y aura un concours de slam et de poésie pour les jeunes du Bénin, du Cameroun et du Sénégal. Le thème du concours est «Dialogue interculturel, dignité pour tous et vivre ensemble».» Et selon Pape Meïssa Diop, les détails sur les conditions du concours ainsi que les aspects légaux seront publiés sur la page Facebook du projet. Le concours fera suite à des ateliers d’écriture en collaboration avec les associations d’artistes des pays cités.
latifmansaray@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here