PARTAGER

En accordant sa première visite officielle en tant que président de la République de la Gambie au Sénégal, Adama Barrow a montré sa volonté d’œuvrer pour la redynamisation de la coopération entre les deux pays. En conférence de presse conjointe hier, les deux chefs d’Etat ont annoncé des accords dans différents secteurs. Ils se sont aussi engagés à mettre un terme au trafic de bois en Casamance.

La Gambie et le Sénégal veulent impulser un nouveau souffle à leur  coopération. En conférence de presse hier, Macky Sall et le Président Adama Barrow sont largement revenus sur le sens de cette visite. Une visite au cours de laquelle plusieurs accords seront signés. Dans ce cadre, les deux chefs d’Etat se sont engagés à coopérer pour lutter contre le trafic de bois en Casamance. Selon Macky Sall, ils comptent travailler ensemble pour y mettre fin. «Nous avons convenu que nous allons mettre un terme à tout trafic qui alimente l’insécurité dans cette région», a-t-il dit. Concernant le trafic de bois, le Président Sall a parlé de l’organisation du secteur afin d’éviter la destruction de la forêt casamançaise. «Depuis 6 mois, le Sénégal travaille et met des moyens importants pour arrêter ces pratiques. Si nous pouvons organiser la concertation entre les deux Etats et les acteurs, nous pourrons arriver à assainir le secteur du bois et permettre une activité licite qui va se développer sous contrôle des gouvernements et des services de l’environnement», a-t-il fait savoir. De même, les deux chefs d’Etat ont fait savoir que cette visite permettra aussi de remettre la coopération entre les deux pays dans la même direction de façon dynamique et dans différents secteurs. Selon le Président Sall, elle va concerner le commerce, la justice, le tourisme, la pêche, l’environnement et la sécurité. S’agissant de cette dernière et la situation dans le Sud du pays, M. Sall souligne que le Président Barrow s’est engagé à «accompagner le Sénégal dans la recherche de la paix en Casamance». Quant au Prési­dent Barrow, il soutient que «c’est naturellement» qu’ils discuteront «pour trouver un ac­cord sur la sécurité» entre les deux pays. Par ailleurs, le Président Sall a informé que pour le suivi des dossiers, «des rencontres régulières de haut niveau» vont être instituées.

La Sénégambie pas à l’ordre du jour
Interpellé lors de ce face-à-face avec la presse sur une éventualité d’un retour à la Con­fédération sénégambienne, le Président Sall informe que ce format n’est pas à l’ordre du jour. A ce propos, il souligne : «La Sénégambie en tant qu’institution n’existe plus depuis 1989, mais les relations entre les deux pays n’ont jamais cessé de s’amplifier. Notre volonté n’est pas de restaurer cette forme de Sénégambie. Elle est de travailler directement sans les artifices d’une confédération ou fédération». Et le Président de couper court à toute éventualité allant en ce sens : «Nous allons vivre la relation directement par le partenariat dans la souveraineté de chaque Etat.» Sur cette question, M. Adama Barrow n’a pas parlé de confédération, mais de porter les relations entre les deux pays à «un niveau jamais atteint».
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here