PARTAGER

Les membres du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) ont reçu hier le Délégué général à l’entreprenariat rapide (Der) pour des explications sur le fonctionnement de la structure destinée aux jeunes et aux femmes qui a un budget de 30 milliards de franc Cfa chaque année.

Le Délégué général à l’entrepreneuriat rapide pour les femmes et les jeunes (Der/fj) a animé hier une séance d’explications à l’intention des membres du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) à la Maison de la presse. A cette occasion, Papa Amadou Sarr est revenu sur la répartition par région des financements destinés aux jeunes et aux femmes. Dans ce dispatching, Dakar arrive en tête avec environ 6 milliards de francs Cfa. La région de Thiès bénéficiera d’un montant de plus de 1 milliard. Et pour une équité territoriale, les autres régions du pays auront aussi leur part dans le budget qui est de 30 milliards de francs Cfa.
Entre autres secteurs visés, il s’agit de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche, de l’économie numérique, l’artisanat, le transport et logistiques. Pour les hommes qui souhaitent faire un prêt auprès de la Der/fj, il faut être de la tranche d’âge comprise entre 18 et 40 ans. Pour ce qui est des femmes, il n’y a pas de limite d’âge. Il suffit juste de disposer d’un projet, que l’on soit dans le milieu rural ou urbain.
Certains membres du Hcct ont interpellé le Délégué général sur les critères de sélection. Sur cette question, Papa Amadou Sarr a précisé que la Der donne d’abord la priorité aux entrepreneurs ayant déjà un projet. «Nous avons commencé à réceptionner les dossiers. Nous allons les traiter selon les critères suivants : les petits financements qui vont de zéro à 500 mille, les financements structurants de 500 mille à 5 millions et les financements de structuration de filières qui peuvent aller jusqu’à 50, voire 100 millions», note M. Sarr.
Pour les jeunes qui veulent démarrer, on procède avant tout à leur formation. Et grâce à la subvention de la Der, les bénéficiaires auront la possibilité d’ouvrir des comptes bancaires sans frais. Pour les personnes vivant avec un handicap et les jeunes en prison et qui peuvent avoir de l’emploi en milieu carcéral, «des dispositifs allégés» leur seront accordés.
«Ce projet du Président est un projet inédit. Dans l’histoire politique, économique de notre pays, un projet de cette ampleur, 30 milliards chaque année en direction des jeunes et des femmes», s’est réjoui Ousmane Tanor Dieng, président du Hcct.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here