PARTAGER

Le Président Racine Sy n’a pas occulté la préoccupation des acteurs du secteur hôtelier, en ce qui concerne la nouvelle configuration du gouvernement, où le département du Tourisme a été coupé de celui des transports aériens.

La séparation des départements du Tourisme et du Transport aérien qui étaient regroupés dans le gouvernement précédant est considérée dans le langage imagé de Racine Sy comme l’amputation d’un pied aux promoteurs hôteliers. «On ne peut pas courir avec un pied et on nous a amputés d’un pied. Le ministère du Tourisme et celui du Transport aérien vont ensemble. On nous l’a amputé et maintenant on court avec un seul pied, et cela va être compliqué», s’est-il plaint avant d’inviter les ministres des deux départements à bien s’entendre.
Mamadou Racine Sy s’exprimait hier au cours de la cérémonie de passation de services entre Mame Mbaye Niang ministre entrant du Tourisme et Maïmouna Ndoye Seck, ministre sortant. Cette dernière conduit les rênes du ministère du Transport aérien.
Pour consolider et amplifier l’embellie du secteur qui se dessine depuis un certain temps, le président du Fopits, qui a ravi la vedette aux deux ministres qui se passaient le témoin du département du Tourisme, a estimé que la synergie est nécessaire entre les deux départements. «Jamais un pays n’a développé son tourisme sans le transport aérien. Comme vous êtes le gendre du ministre du Transport aérien, je pense que vous allez utiliser utilement ces relations pour amplifier ce que nous estimons comme indispensable pour raffermir ce qu’elle a aidé à construire», a lancé Racine Sy à Mame Mbaye Niang.
Pourtant, M. Sy s’est dit assuré que M. Niang «saura prendre le taureau par les cornes». «Je n’ai également aucune appréhension sur votre capacité à pouvoir dialoguer avec le secteur privé, qui n’a d’autre souci que de participer à la construction du pays et à son développement économique et social», a fait savoir le président du Fopits.
Auparavant, il avait manifesté la gratitude des entrepreneurs au ministre sortant qui, dit-il, a été un grand ministre du Touris­me pour avoir mis en place entre autres, le crédit hôtelier. Mme Seck elle-même, a rappelé que les 26 mois passés à la tête de ce département lui ont permis entre autres, d’impulser le renouveau du tourisme avec la consolidation de l’offre, la relance de la demande, l’amélioration des produits et une réglementation mieux adaptée.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here