PARTAGER

Après sept ans d’activité, le projet «Usaid YaaJeende» a contribué à l’amélioration des niveaux de santé, de richesse et de résilience d’un million de Sénégalais. Ce programme a eu un impact sur quelque 100 mille foyers situés dans une cinquantaine de communes et dans près de 800 villages repartis dans les zones de Matam, Bakel, Kédougou et Kolda.

Après sept ans d’activité, le projet Usaid YaaJeende a été clôturé hier par un atelier de partage. Selon Mme Martina Boustani, premier conseiller à l’ambassade des Etats-Unis à Dakar, le projet a réalisé des «résultats impressionnants». «Au cours des sept dernières années, YaaJeende a contribué à l’amélioration des niveaux de santé, de richesse et de résilience d’un million de Sénégalais. Ce programme a eu un impact sur quelque 100 mille foyers situés dans une cinquantaine de communes et dans près de 800 villages répartis dans les zones de Matam, Bakel, Kédougou et Kolda», indique Mme Boustani. Des performances réalisées grâce à des approches innovantes aussi bien sur le plan des interventions que de la communication. Passage de dons, approche Deebo gallé, grenier des enfants ou Plans communaux de lutte contre l’insécurité alimentaire (Pclia), ces stratégies ont permis de faire reculer de façon sensible la malnutrition dans les zones d’intervention du projet. «Dans les villages YaaJeende, la malnutrition chronique des enfants de moins de cinq ans a diminué de presqu’un tiers et la malnutrition des femmes a chuté d’un quart. Les revenues des familles participant aux activités YaaJeende ont augmenté en moyenne de presque 60% et des Groupes de travail citoyen (Gtc) mettent en place leurs propres projets pour la sécurité alimentaire», indique Mme Boustani. A ce niveau, il faut souligner que durant ses sept ans d’existence, le projet a permis à 25,5% des enfants de moins de cinq ans d’avoir un régime alimentaire minimal acceptable contre 11,7% en 2011. La prévalence de la malnutrition aiguë a également reculé à 31 points, tandis que la prévalence de l’insuffisance pondérale chez les enfants de 6 à 59 mois reculait à 17,9%. A ces résultats s’ajoutent ceux notés dans le domaine de l’élevage où 29 mille 981 animaux ont été placés dans plus de 9 970 familles. Dans le domaine agricole, le projet a permis d’emblaver 70 mille ha pour une production de 62 mille 378 tonnes de céréales, 1 200 tonnes de céréales bio fortifiées, 48 mille 500 tonnes de légumes et plus de 13 milliards de francs Cfa de vente réalisées par les producteurs et 3 842 emplois.
Le projet YaaJeende qui est une des premières actions de Feed the future, l’initiative des Etats-Unis contre la faim et pour la sécurité alimentaire dans le monde, est basé sur une approche «Agricul­ture pour la nourriture».

La Clm, réceptacle de l’expérience YaaJeende
Une approche qui a fait ses preuves, selon le coordonnateur de la Cellule de lutte contre la malnutrition (Clm), M. Ab­doulaye Ka. «L’approche du projet qui combine une lutte contre des déterminants de la malnutrition a fait ses preuves et permis d’améliorer la situation nutritionnelle des cibles les plus vulnérables. Il s’agit des enfants de moins de 5 ans, des femmes enceintes et des femmes allaitantes. Les recherches ont permis de découvrir que l’insécurité alimentaire fait partie des déterminants majeurs de la malnutrition de même que les connaissances et pratiques des ménages. Le projet a pu combiner les deux approches en faisant de telle sorte que les ménages puissent avoir accès à des aliments sains et nutritifs et aussi qu’ils puissent avoir l’information nécessaire sur ces aliments. Par exemple, quels sont les aliments riches en vitamine A ou en fer et pourquoi c’est important dans la croissance des enfants», explique M. Ka. Pour la pérennisation du projet, il assure que la Clm «est le réceptacle de l’expérience Yaa­Jeen­de». Une convention signée en juillet dernier va ainsi permettre le passage à l’échelle des interventions. A ce propos, M. Ka précise «qu’un accent particulier sera mis sur les approches de communication pour le changement de comportement».
mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here