PARTAGER

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a accusé ce mercredi Londres d’avoir «sciemment choisi de saper les relations russo-britanniques» dans l’affaire de l’empoisonnement d’un espion en Grande-Bretagne, menaçant de riposter à d’éventuelles nouvelles «initiatives anti-russes».

«Il n’y a aucun doute que le gouvernement britannique a sciemment choisi de saper les relations russo-britanniques», a déclaré M. Lavrov à Tokyo, à l’issue d’une rencontre avec son homologue japonais, Taro Kono. «Si cette tendance se poursuit sous la forme de nouvelles initiatives anti-russes, personne n’a bien sûr abandonné le principe de réciprocité».
M. Lavrov a appelé le gouvernement britannique à réagir avec «calme» à l’empoisonnement de l’ancien espion, Sergueï Skripal, et sa fille, Ioulia, à Salisbury (sud-ouest de l’Angleterre) le 4 mars. «Nous avons émis l’espoir que nos amis japonais ont essayé avec leurs contacts britanniques de clarifier au moins deux points», a poursuivi M. Lavrov. «Première­ment : où sont Skripal et sa fille ? Deuxièmement : pourquoi les responsables de Scotland Yard ont-ils dit que l’enquête durerait des mois et dans le même temps le gouvernement britannique a-t-il déjà donné son verdict, sans attendre la décision d’un tribunal ?»
Londres considère que la Russie a commandité cette attaque commise au moyen d’un agent neurotoxique de la famille des «Novit­chok», fabriqué, selon les Occiden­taux, par son complexe militaire. Neil Basu, le nouveau chef de l’antiterrorisme britannique, a indiqué que l’enquête pourrait prendre «des semaines, voire des mois».
rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here