PARTAGER

La reprise de la série de cambriolages des pharmacies dans la région de Diourbel inquiète les pharmaciens. Ils l’ont fait savoir hier, face à la presse, en marge du renvoi du procès en appel de l’affaire des faux médicaments de Touba Bélel. Ces pharmaciens qui disent craindre pour leur sécurité menacent de s’abstenir de faire le service de nuit. «Lorsqu’il y a une tension au niveau de la commande, au niveau des trafiquants du marché, ces derniers se rabattent sur les officines. C’est pourquoi en une semaine on a connu dans la région de Diourbel deux cambriolages de pharmacie. Et en un mois, quatre pharmacies ont été visitées par des malfaiteurs. Nos confrères ont été terrorisés et d’importants montants ont été soutirés. Et chaque pharmacie cambriolée était de garde pour assurer le service et les urgences», explique Dr Ndiaye Sall du conseil de l’Ordre des pharmaciens, qui fera remarquer à l’endroit des autorités et populations sénégalaises : «Il n’est pas question que nous assurons la garde pour permettre la continuité du service et que nos vies soient exposées. Nous tenons à préciser que si cette affaire d’insécurité n’est pas réglée, nous allons demander aux confrères de la région de Diourbel de s’abstenir de faire le service de nuit.» Et le pharmacien  s’étrangle : «On ne peut monter la garde et exposer sa vie. Et c’est ce qui est arrivé ce vendredi à Diourbel et la semaine dernière à Touba.»
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here