PARTAGER

Le ministre de la Justice, Me Malick Sall, était à Matam ce week-end. Il est venu pour éteindre les foyers de tensions allumés par des mouvements de protestation notés ces derniers temps dans cette partie nord-est du pays. Suite aux intempéries ayant causé quelques désagréments, Me Sall dit venir apporter le soutien de l’Etat aux sinistrés. En compagnie d’une forte délégation, composée de son cabinet et quelques responsables politiques de Matam, il a remis l’appui du gouvernement destiné aux populations victimes des fortes pluies.
Récemment à Matam, des jeunes et l’ensemble des villages du Dandé Mayo ont organisé des marches de protestation pour réclamer le bitumage de la route qui ceinture la vallée du fleuve, mais aussi la fin des travaux de réhabilitation de la Rn2. Sous un soleil de plomb, Me Sall dit, pour rassurer les protestataires : «Pour exprimer sa profonde compassion et sa solidarité agissante, le président de la Répu­blique Macky Sall m’a demandé de remettre, comme premier geste de soutien et de soulagement, un important lot de matériels composé de denrées alimentaires, de matériaux de construction, de produits d’entretien et autres effets faisant partie du quotidien des populations.» Cet acte, selon le garde des Sceaux, est «de haute portée humanitaire, qui traduit l’essence du combat du chef de l’Etat auprès des populations, notamment pour aider à les soulager à chaque fois que de besoin». Il rappelle que «depuis son accession à la Magistrature suprême, à travers le Plan Sénégal émergent (Pse), le Président Macky Sall a inscrit au cœur de ses priorités le désenclavement économique et la lutte contre la pauvreté sous toutes ses formes». Que va-t-il en outre ? «De nouvelles approches parmi lesquelles l’inclusion sociale (Couverture maladie universelle), l’équité (Bourses familiales) et la territorialisation des politiques publiques (Acte 3 de la décentralisation) ont été mises en œuvre au grand bonheur des citoyens», ajoute le garde des Sceaux. D’après Me Sall, «il ne peut pas y avoir de développement sans inter-connectivité des territoires à travers des infrastructures pour fluidifier la circulation des biens et des personnes et assurer l’évacuation des produits du secteur primaire». Cette ambition, soutient-il, «s’est traduite par la mise en œuvre du projet de réhabilitation de la Rn2 (Ndioum-Ourossogui-Bakel) sur financement de la Bad, la Bid, du fonds d’Abu d’Abi et le fonds de l’Opep/Etat du Sénégal avec son Budget consolidé d’investissement, sur un linéaire de 546 km qui constitue le projet routier le plus important du Sénégal pour un montant de 92 milliards 368 millions francs Cfa». Malick Sall certifie que les travaux d’avancement «physique moyen sont exécutés à plus de 50% et la fin des travaux pour l’axe Thilogne-Ourossogui et Hamady Hounaré-Fadiara est prévu avant la fin de l’année 2019».
S’agissant du Dandé Mayo, le ministre assure qu’il constitue une grande priorité pour le chef de l’Etat qui a demandé aux ministères compétents d’engager les négociations pour l’aménagement de 180 km de pistes et la boucle du riz, mais également les réalisations d’ouvrages hydro-agricoles et des aires de stockage de la production rizicole.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here