PARTAGER

Le Sytjust, qui multiplie les sit-in, annonce une grève illimitée le 27 décembre prochain si le gouvernement ne respecte pas les accords du 17 octobre 2017.

Les manifestations des travailleurs de la justice se suivent et se ressemblent. Après le sit-in qui précédait la marche qu’ils ont organisée la semaine dernière, les membres du Sytjust ont encore remis ça hier, en organisant un autre sit-in devant le Palais de justice de Dakar. La colère se lit sur les pancartes : «Non au torpillage de Ismaïla Madior Fall contre nos intérêts. Nous voulons d’un ministre de la Justice qui gère en bon père de famille. Nous exigeons le respect du protocole d’accord du 17 octobre.» Ces manifestations sont un rappel pour le «respect des accords avec le président de la République». «Et ce qui profile à l’horizon n’augure pas des lendemains meilleurs pour la justice. C’est une confrontation qui se dessine. Nous allons vers une crise de la justice», prévient Me Ayé Boun Malick Diop qui annonce une grève générale prochainement. «Les travailleurs de la justice ne comptent pas reculer», avertit Me Diop qui s’interroge sur les raisons de ce retard. Et le secrétaire général du Sytjust semble trouver lui-même les raisons. «Nous n’avons pas de courroie de transmission. Notre courroie de transmission, c’est le ministre de la Justice qui devait prendre nos doléances et les poser devant la table du gouvernement. Mais nous ne sommes pas représentés», regrette-t-il. D’après lui, le ministre de la Justice «ne joue pas franc jeu. Au lieu de nous aider, il torpille nos chances de voir nos problèmes réglés». «En cas de perturbations du secteur de la justice, l’entière responsabilité revient au gouvernement. Nous allons à coup sûr vers une grève qui sera illimitée. Nous avons fait 18 jours de grève illimitée, le gouvernement a pris des engagements qu’il a faussés. Nous allons inévitablement vers une grève extrême et illimitée», dit-il. En mettant en garde contre le recours aux greffiers ad hoc pour pallier leur absence. «Le gouvernement peut amener tous les gendarmes et les gardes pénitentiaires, nous ne reculerons pas», avertit-il. Et le 27 décembre prochain, ils vont décupler leur engagement si rien n’est fait entre-temps.
justinlequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here