PARTAGER

(Envoyé spécial à Touba) – Nouveau khalife, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké est une personnalité consensuelle qui a été l’homme de confiance des derniers guides de la confrérie mouride.

La passation du pouvoir a presque eu lieu lors du dernier Magal de Touba. Fragilisé par la maladie, Serigne Sidy Mokhtar Mbacké avait délégué à son successeur la gestion de la cérémonie officielle. Serigne Mountakha Bassirou Mbacké est désormais le guide suprême des Mourides. Abreuvoir du savoir, respectueux de l’orthodoxie mouride, très cultivé, le fils de Serigne Mou­hamadou Bassirou Mbacké, qui n’a pas eu la chance de présider aux destinées de la confrérie, est un homme connu du sérail de Touba, très célèbre dans la région du Sine Saloum où il compte, à l’image de son défunt père, beaucoup de disciples. Agé présentement de 88 ans, il est le marabout de plusieurs célébrités dont le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur.
Continuateur de l’œuvre de son père, Serigne Bassirou Mba­cké, biographe de Khadimou Rassoul, Serigne Mountakha Bassirou qui a vu le jour à Diourbel est le deuxième khalife général des Mourides dont le papa n’a pas eu l’honneur de présider aux charges de cette communauté.
Rassembleur, homme de dialogue (c’est lui qui avait la charge au temps de Serigne Bara de pacifier les rapports heurtés au niveau des responsables des dahiras), le nouveau khalife, très versé comme son devancier dans la science islamique, avait la lourde et redoutable charge de présider à la prière mortuaire de plusieurs dignitaires mourides (c’est le cas lors du rappel à Dieu de Serigne Saliou Mbacké).
Désormais double khalife (khalife général des Mourides et de Darou Minane), il est très apprécié à Diourbel, où il passe tout le mois de ramadan et préside les prières de Korité et de Tabaski. Si le khalifat a été depuis toutes ces années au nord, cette fois-ci c’est le centre du Sénégal, avec Diourbel et Kaolack, qui prend la succession. Cinquième fils de Serigne Mou­hamadou Bassirou Mbacké, Seri­gne Mountakha Bassirou qui accéda au khalifat de son père en 2007, à la disparition de son frère Seri­gne Moustapha Bas­sirou Mbacké, est reconnaissable par son sourire, son visage rayonnant et ses faces bien entretenues. Grand frère du diplomate à la retraite Serigne Issakha Mbacké, Serigne Moun­takha est la bonté et la simplicité personnifiées. Mou­hama­dou Mous­ta­pha Louis Gomis, journaliste qui l’a pratiqué pendant plus de trois décennies, témoi­gne : «C’est une personnalité religieuse hors pair. C’est quel­qu’un qui n’a comme réfé­rences que Dieu, son prophète (Psl), le livre saint et Cheikh Ahmadou Bamba. Il prête beaucoup attention aux démunis et à la région de Diourbel. Pour lui, il n’y a pas un endroit plus sacré que Diourbel où le Cheikh a vécu 15 années. Il sera sans conteste l’une des plus grandes personnalités de la confrérie mouride.» Moustapha Ndiaye, administrateur du site Istikhama, confie : «Il a fondé plusieurs villages comme Darou Minam Saloum, Mboul Kael. Il remettait discrètement chaque année au khalife général des Mourides en guise d’adiya 72 millions, repré­sentant les 72 années que son père a vécues sur terre. Il a construit la mosquée de Darou Miname. Il est très instruit. C’est un grand érudit. Il est versé dans toutes les connaissances isla­miques. Il détient toujours par-devers lui des feuillets du Coran qu’il psalmodie et en fait son compagnon de tous les jours. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui explique qu’à la suite du rappel à Dieu de Serigne Saliou Mbacké et de Serigne Mourtada, il a dirigé la prière mortuaire. Il est très rigoureux. Il n’aime pas voir quelqu’un se fâcher. Il est très respectueux de ses aînés. Il était homme de confiance de Serigne Saliou Mbacké et de tous ceux qui l’ont succédé. Toujours souriant, le visage rayonnant.» Propriétaire terrien et grand producteur, il dispose de champs à Darou Salam Typ où il a installé un daara occupé par plusieurs disciples.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here