PARTAGER

A Saint-Louis, la communauté musulmane a célébré la fête de la Korité ensemble et dans l’unité. Les imams ont comme d’habitude, axé leurs sermons sur l’actualité brûlante et formulé des recommandations aux fidèles pour un bon fonctionnement de la société.

C’est l’imam Cheikh Tidiane Diallo de la grande mosquée, qui a donné le ton dans son sermon, qui s’est appesanti surtout sur les tares qui gangrènent aujourd’hui la société sénégalaise. Selon l’imam ratib qui a reproché aux musulmans d’avoir substitué l’argent à Dieu, la recherche effrénée de gain, qui est devenue monnaie courante, doit être bannie. «Dans une société où on ignore ceux qui sont proches de Dieu où qui n’ont rien et où on apprécie et ne remarque que les nantis, il y a problème», souligne-t-il avant de s’attaquer aux hommes politiques qui de son avis, doivent savoir raison garder. Rien ne justifie en effet l’immoralité qui entoure l’activité politique au Sénégal où les hommes politiques s’invectivent, s’insultent et se disent des insanités dans le seul but d’être élus alors que la plupart de ceux qui ont ces comportement n’ont aucune moralité. D’ailleurs, l’imam a anticipé en ce sens sur les Législatives en invitant les Sénégalais à tout faire aux prochaines élections pour éviter d’élire à l’Assemblée nationale des députés qui ne seront pas à la hauteur, à l’image de ceux qui étaient dans la Législature qui vient de se terminer et qui de son avis est la plus minable de l’histoire du Sénégal. Pour ce faire, Cheikh Tidiane Diallo recommande l’institution d’une enquête de moralité avant l’élection de tout député de sorte qu’après les élections, on obtienne une Assemblée nationale représentative dans le but de moraliser la vie politique. Ces députés, pour l’imam, doivent surtout être des gens imbus de culture religieuse ce qui leur permettra d’éviter certains comportements et d’être des représentants qui se battent non pas pour leurs intérêts personnels mais pour une meilleure prise en charge de secteurs comme la santé, l’éducation, l’économie et l’emploi des jeunes.
L’imam de la mosquée, Mou­ham­medou Abdoulaye Cissé, dans son prêche, a de son côté, en ce jour béni de l’Aïd, rappelé les bienfaits du ramadan  et que ce jour est un jour de «paie» pour les musulmans après un mois de sacrifices et de dévotion.
Il a exhorté la communauté musulmane à vivre dans la solidarité, de craindre Allah et de suivre les enseignements du prophète Mohamed (Psl). Le Khalife de Serigne Madior Cissé a révélé que son père, qui a  quitté cette terre il y a dix ans, «nous a accompagnés pendant  tout le mois  et même à cet instant, il est avec nous, il nous entend et il sait ce que chacun d’ente nous fait de bon ou de mauvais». Cet homme de Dieu, qui a fait des retraites spirituelles pendant 45 années, est une chance pour le Sénégal, pour Saint-Louis et pour le quartier de Sindoné où est implantée sa mosquée. Il a incité les talibés à accroitre leurs prières à l’endroit de Serigne  Babacar Sy et de Serigne El Hadji Madior Cissé, petit-fils de Mame Madior Coumba Cissé.
Il a évoqué les anciens : «Les Sénégalais doivent avoir l’esprit tranquille du fait des prières de ces derniers et des sacrifices qu’ils ont consentis dans la voie de Dieu.» «Nous ne devons avoir aucun complexe vis-à-vis de qui que ce soit», assure-t-il. Avant d’ajouter : «Leurs enseignements nous suffisent, nous n’avons pas besoin  d’aller voir ailleurs.»
Il a terminé le prêche par des prières à l’endroit de toute la Oumah et pour le Sénégal. Dans le même sillage les imams ont, à l’unanimité, rappelé aux fidèles les bienfaits du mois béni de ramadan.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here