PARTAGER

Le ministère de la Santé et de l’action sociale vient voler au secours des populations. Même si 76% des structures hospitalières disposent de Service d’accueil des urgences (Sau), 94% ne sont pas aux normes, révélait le président de l’Union des associations des élus locaux (Uael), lors des premières concertations nationales sur les urgences. Il montrait qu’«au niveau des centres de santé, 39% seulement disposent d’unité d’accueil des urgences aux normes». Cette mesure du ministère doit être adossée à l’amélioration des ressources humaines et «d’équipements appropriés». Cela passe par le renforcement du Samu national, des Sau régionaux en les mettant aux normes et la formation d’un personnel hautement qualifié. Selon les chiffres officiels, le Sénégal dispose de 60 médecins-urgentistes et une trentaine en formation. Ce jour-là, Abdoulaye Diouf Sarr avait admis que «les investissements massifs au bénéfice des structures de santé n’ont toujours pas permis une prise en charge adéquate des patients en situation d’urgence». A travers la signature de la circulaire ce jeudi, il semble être sur la voix d’appliquer les mesures issues de ces concertations sur les urgences.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here