PARTAGER

La session 2017 du Certificat de fin d’études élémentaires (Cfee) et du concours d’entrée en 6e hier enregistre 278 532 candidats dont 146 877 filles. La Direction des examens et concours (Dexco) a tenu hier une conférence de presse à cet effet pour informer sur toutes les mesures prises pour la réussite des épreuves qui se dérouleront les 20 et 21 juin.

La Direction des examens et concours (Dexco) a apporté des éclaircissements sur  l’organisation du Cfee (Certificat de fin d’études élémentaires) et de l’entrée en 6e prévus le mardi 20 et mercredi 21 juin. Ainsi, elle a fait face à la presse hier pour informer l’opinion publique sur les dispositions importantes prises pour la réussite de l’organisation desdites  évaluations. Selon cette structure du ministère de l’Education nationale, à la date du 18 mai 2017, le nombre total d’inscrits est de 278 532, dont 146 877 de filles soit 52,73%. D’ailleurs, les candidats de la session 2017 sont répartis dans 1 683 centres au niveau national et en Gambie.
Force est de constater que le nombre de filles candidates a augmenté cette année par rapport à l’année précédente passant ainsi de 146 512 en 2016 à 146 877 en 2017, soit 365 candidatures de plus,  ce qui équivaut à un taux de 0,24% en valeur relative. Mieux encore, par rapport à la session de 2016 où l’effectif total était  de 276 755 candidats, il y a cette année une hausse de 1 777 en valeur absolue soit un taux de 0,64%.
Toutes les mesures sont prises pour la sécurisation des épreuves, leur levée et leur acheminement vers le niveau déconcentré. Un dispositif efficace est mis en place pour faciliter l’ensemble des opérations.
A en croire Amadou Moctar Ndiaye, directeur de la Dexco, l’évolution croissante de ces statistiques, corrélée au nouveau format des épreuves, nécessite indubitablement l’utilisation de moyens financiers, humains et logistiques conséquents. «L’in­novation, c’est la prise en charge de l’éducation inclusive, elle se faisait, mais à Dakar il y a une particularité cette année, des expériences qui ont été menées dans les Ief (Inspection de l’éducation et de la formation) de Pikine, Thiaroye et Rufisque», déclare-t-il.
Sur la question des candidats qui ne composeront pas faute d’acte de naissance, le directeur de déclarer que les parents doivent prendre leurs «responsabilités» et déclarer leurs enfants. «L’Etat a facilité l’obtention de l’acte de naissance en enlevant les frais qui devaient être payés», soutient-il.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here