PARTAGER
Seydou Gueye, porte-parole de l’Apr et responsable politique à la Médina.

«Je voudrais avant tout rendre grâce à Dieu qui nous a permis d’engager le processus conformément à un agenda celui de la démocratie qui pose le principe de fin de mandat, période au sortir de laquelle ceux qui étaient élus remettent leur mandat en jeu(…) L’Etat du Sénégal la fait en engageant le processus qui est parti d’une révision partielle du fichier électoral sur la base d’une décision de portée communautaire avec l’établissement des cartes d’identité de la Cedeao. Ce processus s’est déroulé. Au total, on a constaté quelques difficultés dans la distribution et le retrait des cartes. Et le président de la République, conformément à ses attributions et sa mission, a pris les dispositions pour que chaque électeur sénégalais puisse être dans les conditions d’exprimer son choix par un appui sur une décision, un avis du Conseil constitutionnel. Je voudrai rappeler que concernant cette affaire, la décision du Conseil constitutionnel est une décision immédiatement exécutoire. Elle ne viole pas la loi électoral puisse qu’elle apporte juste une mesure transitoire qui est relative spécifiquement à ces élections législatives du 30 Juillet 2017 (….) Je voudrai saluer au regard de ce que je constate dans notre circonscription, la Médina, le calme, la sérénité, la détermination des électeurs pour faire un choix puisse qu’ils ont conscience de ce qui se joue(…) Moi, je suis d’accord avec les citoyens qui expriment leur préoccupation et qui revendiquent fermement leur droit à la citoyenneté. Mais je ne suis pas d’accord et je condamne fermement ceux qui font dans la concurrence et la surenchère, rivalité, le jambarisme et tout ça pour dire qu’aucun Sénégalais n’ira voter. C’est manquer de respect aux citoyens sénégalais. Aujourd’hui, on peut constater comme dans tous les systèmes, il y a des difficultés. Mais je voudrai rappeler à titre de référence que quand la première expérience de révision des cartes électorales a été menée en 2006, en prélude à l’élection présidentielle de 2007, il y avait pratiquement un million 600 mille Sénégalais qui n’étaient pas en mesure de voter puisse que ne disposant pas de leur carte.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here