PARTAGER

A la suite des déclarations de Ousmane Sonko sur la situation de la Casamance et le jugement qu’il en a fait sur l’action du Président Macky Sall, le 1er adjoint au maire de Ziguinchor, membre de la mouvance présidentielle, a porté la réplique à sa manière, sans toutefois citer le nom du leader de Pastef.

A la faveur des dernières élections locales, vous avez, avec votre mouvement Jog Taxaw, décidé de franchir le Rubicon et vous engager dans l’arène politique. Qu’est-ce qui justifiait votre démarche et le choix de travailler avec le candidat sortant et maire de Ziguinchor, qui était dans l’opposition ?
C’est pour vous dire que notre analyse de la situation nous a donné raison. Ce n’était pas évident de suivre un candidat qui était à l’opposition, devant des candidats du pouvoir. Ce qui prouve que nous ne sommes pas des opportunistes. Le mouvement a connu un grand succès et chaque candidat souhaitait une coalition avec nous. Le meilleur candidat étant Abdoulaye Baldé, nous l’avons suivi et nous avons été tête de liste des candidats de la liste proportionnelle au niveau municipal. Grâce aux engagements des uns et des autres, nous avons raflé tous les bureaux sans exception.

Aujourd’hui votre engagement à travailler et à vous investir aux côtés du président de la République Ma­cky sall est manifeste, à travers votre discours. Pour­quoi le choix du Président Macky sall ?
Je pense que sincèrement si on veut être sérieux et si on est croyant, ce que le Président Macky a réalisé en Casamance, aucun Président ne l’a fait depuis les indépendances à nos jours. A Ziguinchor vous avez vu et constaté toutes ces réalisations sur place. Je trouve certains propos parfois méchants et discourtois, du genre, le Président Macky Sall n’aime pas la Casamance. Je voudrais poser la question de savoir si Macky Sall n’aime pas la Casamance qui donc aime la Casamance ? Qui est celui-là ou celle-là qui aime la Casamance plus que Macky Sall ? Ce sont des farces puériles et l’heure est au travail. Comme on dit «il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour». Macky Sall a donné beaucoup de preuves d’amour à la Casamance. Cet amour est réciproque et la belle Casamance va à son tour donner toutes les preuves d’amour à Macky Sall. Attendons les prochains rendez-vous électoraux. La victoire de Sonko est un accident. Il a gagné par inadvertance politicienne, parce que les populations ont plus jugé les acteurs locaux que le bilan du Président, qui est élogieux. Cette inadvertance va être rapidement corrigée.

Ceux qui le disent ont peut-être leurs raisons car, les préoccupations des populations se posent toujours avec acuité. Pour vous, qu’est-ce qui a véritablement changé au niveau de cette région ?
En vérité, plus que d’en faire une priorité, Macky Sall nous a privilégiés. De 2012 à nos jours, dans tous les domaines, notre région a changé considérablement de visage. Dans le cadre d’une approche participative, tous les acteurs de la région se sont retrouvés pour identifier et définir les axes prioritaires d’un développement global et harmonieux de la région. Demandez à ces arnaqueurs intellectuels la situation sanitaire de la région avant 2012. Pour rappel, seul l’Hôpital régional existait, avec un manque d’équipements criard. Aujourd’hui le plateau technique est relevé avec une enveloppe de plus de 8,1 milliards et de nouvelles installations qui font que les patients ne vont plus à Dakar pour la dialyse ou autres interventions. Tout se fait à Ziguinchor, en sus de la mise à disposition d’un second hôpital (Hôpital de la paix) pour un coût de réhabilitation de plus de 364 millions. Le Blouf, cette contrée connue pour les marches de contestation des jeunes avant 2012, pour la construction de la route dite «Boucle du Blouf», salue les efforts du Président Macky Sall pour avoir construit la route pour un coût de 8 milliards. Si vous êtes au Sénégal, je vous invite au Port de pêche de Boudody/Ziguinchor. «Weddi gis bokkou si», avec un coût de 3,6 milliards, le port va devenir un poumon dans le tissu économique de la commune voire de la région, au grand bénéfice des populations et des surtout des acteurs de la filière pêche, qui ont bénéficié des gilet et de moteurs de pirogue. Que dire des 2 bateaux ? Avec 10 000 F Cfa on peut aller à Dakar et revenir à Ziguinchor, soit 5000f/ le voyage, sans compter les vols quotidiens et le désenclavement à travers le pont de Gambie. N’eut été le Covid-19, le tourisme allait afficher des chiffres records. Nous étions encore là quand le président de la République est venu inaugurer la centrale de Boutoute d’un coût de 6 milliards. A Ziguinchor, nous ne connaissons presque pas de coupures. Les jeunes arpentent les artères pendant la nuit avec joie et confiance. Allez dire à ces jeunes que Macky n’aime pas la Casamance. Ce n’est plus un rêve pour les populations des îles de la Basse-Casamance, l’eau potable y est devenue une réalité, avec un investissement de 6 milliards. Sans compter le démarrage imminent des travaux des ponts de Baila et de Diouloulou, de même que les travaux de la RN4.
En outre dans le secteur de l’agriculture, il convient de noter l’aménagement pour un montant de 378 millions, de la vallée de Mpack-Bayotte Est, l’aménagement pour 120 millions d’un périmètre horticole de 10 ha à Boutoupa Camaracounda (dépar­tement Ziguinchor). Aussi la réalisation du Barrage d’Affiniam pour un montant de 4,5 milliards n’est-elle pas la preuve d’un engagement politique pour l’autosuffisance alimentaire ?

En quoi tout cela a-t-il impacté le quotidien des Ziguinchorois et Ziguin­choroises ?
Les efforts de développement consentis dans la région ont induit des impacts socio-économiques caractérisés par l’amélioration des conditions de vie des populations. Ces impacts positifs sont perceptibles dans plusieurs domaines de la vie économique et sociale de la région. On peut citer entre autres : les investissements réalisés pour l’aménagement hydro-agricole des vallées, l’intensification et la mécanisation de l’agriculture ont contribué à l’impulsion et à la modernisation du secteur agricole ; les programmes de subvention des moteurs hors-bords, de gilets de sauvetage et du carburant marin ont beaucoup contribué à l’amélioration des conditions de travail et de sécurité des pêcheurs artisanaux ; l’achèvement des travaux de l’hôpital de la paix de Ziguinchor et le relèvement du plateau technique du centre hospitalier régional (centre de dialyse, dotation de scanner, etc.) ont permis d’améliorer la qualité et de diversifier l’offre de soins de santé. Certaines pathologies comme l’insuffisance rénale, dont la prise en charge nécessitait autrefois l’évacuation des malades sur Dakar, sont aujourd’hui traitées sur place.
Nous n’avons pas l’intention de vider le vase pour dire toutes les réalisations de son excellence le président de la République Macky Sall. Je suis seulement irrité quand j’entends certains propos et je me vois obligé d’apporter un éclairage en tant qu’acteur politique qui soutient sans faille le président de la Répu­blique, mais aussi en tant qu’habitant de la région et qui a le devoir de rétablir la vérité. Au vu de ce qui précède, vous comprenez maintenant pourquoi je soutiens le président de la Répu­blique. Il s’agit à présent de porter ce combat auprès des populations qui aujourd’hui ont pris conscience et ont vite compris la stratégie des vendeurs d’illusion. La Casamance vous rendra la monnaie, Monsieur le Président.

En tant Sénégalais et fils de la région on ne saurait occulter la question du processus de paix en Casa­mance. Selon vous la paix définitive en Casamance est-elle possible ?
Il faut remercier le Président Macky Sall et tous les acteurs qui œuvrent inlassablement pour le retour définitif de la paix en Casamance. Avec le Président Macky Sall l’espoir d’une paix définitive est permis et ne sera jamais un vain mot. Que Dieu bénisse le Sénégal. C’est du bon sens, il n’y a pas d’amour sans paix et c’est avec Macky sall que nous avons la plus longue paix. C’est la meilleure et plus belle preuve d’amour pour nous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here