PARTAGER

Macky Sall, qui a reçu hier le directeur régional de l’Onusida, a exprimé son vœu de voir le Sénégal être compté au nombre des pays qui ont complètement éliminé la transmission du Vih de la mère à l’enfant.

Le Président Macky Sall a reçu hier en audience le directeur régional de I’Onusida pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Dr Djibril Diallo. Selon un communiqué de cette instance onusienne, les discussions entre les deux hommes ont porté principalement sur le «Plan d’urgence de rattrapage pour accélérer la riposte au Vih en Afrique Occidentale et Centrale» dont l’objectif est de multiplier par trois le taux de mise sous traitement des personnes vivant avec le Vih dans les trois prochaines années en vue de l’atteinte de l’objectif mondial de mettre fin à cette maladie d’ici 2030. Par conséquent, le Président Sall s’est engagé, en tant que champion du plan d’urgence, à le promouvoir au niveau des 25 Etats de la Cedeao et de la Ceeac, y compris le Sénégal. «Nous voulons que le Sénégal soit compté au nombre des pays qui ont complètement éliminé la transmission du Vih de la mère à l’enfant», a-t-il déclaré. Les statistiques de l’Onusida montrent que des efforts doivent davantage être faits pour la réduire. D’après elle, en Afrique de l’Ouest et du Centre, 6,5 millions de personnes sont infectées par le Vih/Sida et 4,7 millions d’entre elles n’ont pas accès au traitement antirétroviral. Et parmi ces dernières, 1,3 million sont déjà dépistées. En traitant ces personnes, on enlève rapidement une source importante de nouvelles infections. «Le Sénégal est un partenaire clé qui n’a pas hésité en novembre dernier, aux Nations unies, à attirer l’attention de la communauté internationale sur la Résolution 1983 du Conseil de sécurité pour rappeler que le Sida fait aussi des ravages dans les zones de conflit», indique Dr Diallo.
D’après l’Onusida, ce plan d’urgence de l’Afrique de l’Ouest et du Centre qui est la concrétisation de l’engagement que les pays africains ont pris lors de la réunion de haut niveau qui s’est tenue à New York en juin dernier  s’articule autour de cinq axes principaux : politique, partenariat programmatique, financier et enfin communication. La mise en œuvre efficiente dans chacun de ces axes repose sur un partenariat fort avec les gouvernements, la société civile, les entités régionales (Cedeao et Ceeac), les partenaires et l’Onusida. «Tous les efforts sont déployés pour déjà mettre en œuvre le Plan d’urgence de rattrapage pour accélérer la riposte au Vih en Afrique Occidentale et Centrale. Et il sera officiellement lancé lors du prochain sommet du Nepad par le Président Macky Sall», annonce l’organisation onusienne.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here