PARTAGER

«Nous avons averti le gouvernement pour lui dire que si ces étudiants sortent, nous parents serons derrière eux.» C’est la position affichée samedi par l’Union nationale des parents d’élèves et étudiants du Sénégal (Unapees), par la voix de son président Abdoulaye Fané, sur la situation des étudiants du privé et des bacheliers. «Le représentant de la Fédération nationale des étudiants qui sont dans le privé est là. Nous avons eu à tenir un point de presse avec eux et avons été très clairs pour dire que nous les soutenons», a soutenu M. Fané lors de l’Assemblée générale de la structure qu’il dirige. «C’est l’Etat qui a pris l’engagement de les inscrire dans les universités privées. Ce qui veut dire qu’ils devaient être traités sur le même pied que ceux à Gaston Berger, à l’Ucad et les autres universités publiques», a dit le président de l’Unapees, se désolant que ces derniers n’aient accès ni aux campus et restaurants universitaires ni à la documentation. «Pis encore, ils ont des problèmes pour recevoir leurs bourses», a-t-il rajouté. Pour Abdoulaye Fané, les difficultés pour l’orientation des nouveaux bacheliers de cette année, combinées à la situation des étudiants du privé, sont une «véritable bombe» pouvant exploser à tout moment. «Il s’agit de 40 mille étudiants qui sont dans les universités privées et instituts de formation professionnelle, ajoutés à ceux-là, 52 mille étudiants, qui ont eu leur Bac cette année : voilà une situation qui pose problème», a-t-il dit, rappelant son scepticisme à l’annonce par le ministre de l’Enseignement de l’orientation de tous les étudiants. «Quand le ministre de l’Enseignement supérieur a dit il y a 4 mois qu’ils allaient prendre 102 mille étudiants, nous avons émis des réserves et voilà la situation», a dit M. Fané qui a été reconduit au terme de l’Assemblée générale à la tête de l’Unapees. Il a ainsi demandé à l’Etat de respecter ses engagements pour un climat social apaisé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here